Les auteurs de science-fiction s'interrogent sur leurs pairs autopubliés

Louis Mallié - 04.07.2014

Edition - International - SFWA - Auteurs indépendants - Amazon


L'autopublication fait à nouveau partie des pratiques courantes depuis près de six ans. Pour autant, nombreux sont les auteurs qui continuent de la réprouver, et différentes associations d'auteurs débattent pour savoir si ils doivent ou non les accepter parmi leurs rangs. Si la Writer's Union of Canada a voté en mars dernier en faveur de l'entrée des auteurs indépendants dans l'institution, la célèbre Science Fiction & Fantasy Writer of America (SFWA), vient seulement d'ouvrir le débat auprès de ses membres.

 

 

 

 

Dans un message posté la semaine dernière sur son site, l'association appelait tous les internautes à exprimer leur opinion sur cette proposition : 

La direction de la SFWA souhaiterait que ses membres partagent leur opinion sur l'autopublication au cours de l'été. La direction a demandé à ses membres de ne pas considérer seulement l'entrée des auteurs dans l'institution, mais également les moyens de vérifier leurs revenus, ventes, et toutes autres informations concernant les ventes. Leurs réponses seront préalablement soumises en novembre à la réunion qui aura lieu lors de la World Fantasy Convention.

En effet, le problème réside dans l'adhésion à la SFWA : les auteurs doivent , selon les conditions énoncées sur le site, avoir vendu au moins trois nouvelles - ou bien un roman - à un marché dit « qualifié »…   Chose qui, selon le Digital Reader, est à la portée de tout bon auteur indépendant... Pour autant, la liste des marchés valides n'a pas suivi depuis un moment l'évolution du livre, et Kindle Singles ne se trouve donc pas sur la liste - ni aucunes des publications Amazon d'ailleurs, l'association étant réputée pour haïr le distributeur….

 

Quoi qu'il en soit, sur la page où l'annonce a été postée, les commentaires sont généralement favorables à la proposition - avec quelques réserves. Ainsi, plusieurs considèrent que seuls les auteurs indépendants ayant réalisé un nombre x de ventes devraient être autorisés à rejoindre la SFWA. Une idée à laquelle certains auteurs indépendants réagissent vivement : « argent = bonne qualité. Oui, dites cela pour Fifty Shades of Grey », s'énerve entre autres Ashlyn Forge dans son commentaire.

 

Et même si les auteurs dits « traditionnels » semblent donc en faveur de la venue des auteurs indépendants, ces derniers semblent bien moins intéressés par la proposition : « Être membre du club ne fera pas nécessairement augmenter mes ventes », explique Kate Pavelle. « Que peut nous offrir la SFWA ? » demande quant à lui Travis Hil, un autre auteur indépendant. 

 

En proposant un tel changement, l'association n'avait peut-être pas pris en compte le fait qu'elle ne jouissait plus de la même notoriété qu'autrefois... et ce, particulièrement auprès des tenants de l'autopublication indépendante. Car, ainsi que le note le Digital Reader, nombreux sont aujourd'hui les auteurs qui quittent l'association, ou déclinent poliment les invitations à la rejoindre...

 

Enfin, dans un long article publié sur son blog en février dernier, l'auteure américaine Sarah A. Hoyt dénonçait longuement les pratiques de la SFWA, alors même qu'elle avait bataillé pour intégrer l'association... Car celle-ci n'est plus et n'est pas ce qu'elle est :  « Ne devraient-ils pas ajouter un S à leur sigle ? SSFWA : Some Science Fiction & Fantasy Writer. »