Les auteurs défendent le prêt public de livres en bibliothèque

Clément Solym - 27.08.2010

Edition - Bibliothèques - gagner - argent - ecrivain


Une pétition vient d'être lancée, et adressée au gouvernement, pour que le droit public de prêt soit préservé, en ce qu'il représente une source de revenus non négligeable pour les auteurs.

Impulsé par la Society of Authors en accord avec l'Authors' Licensing and Collecting Society, rapporte The Bookseller, les écrivains anglais sont invités à signer à cette adresse le texte en question. De même, on les invite à contacter les élus locaux pour appuyer plus encore.


Depuis plusieurs jours, les nuages s'ammoncellent au-dessus des établissements anglais et dans un dernier rapport, nous apprenions que 600 à 1000 bibliothèques étaient menacées par les restrictions budgétaires.

Les répercussions sur les revenus des auteurs seraient alors fortes : si le budget est sanctionné de 3 % pour l'année à venir, cela signifie que, réellement, ce sont 10 % de subsides qui seront coupés aux auteurs.

Mark Fanu, secrétaire général de la SA s'explique : « Notre objectif principal est de parvenir à un fort niveau de soutien pour le droit de prêt et de faire prendre conscience au Ministère de la Culture et des Médias qu'en portant atteinte à un régime particulièrement précieux pour les auteurs, une réaction très forte est susceptible d'arriver. »

Dans son communiqué, le syndicat professionnel ajoute que les revenus liés à ce droit de prêt représentent, pour les auteurs disposant de ventes modestes, un apport financier qui compte. De là l'importance d'une couverture médiatique et d'une mobilisation générale.