Les auteurs et l'éditeur de la Frondeuse condamnés en justice

Xavier S. Thomann - 05.06.2013

Edition - Justice - Valérie Trierweiler - Editions du Moment - Vie privée


Le tribunal de grande instance de Paris a tranché en faveur de la compagne du chef de l'État. Valérie Trierweiler avait en effet assigné en justice les auteurs et la maison d'édition à l'origine de livre La Frondeuse. La justice a estimé qu'il y avait bel et bien atteinte à la vie privée.

 

 

Le livre incriminé

 

Par cette décision, la première dame de France obtient des dommages et intérêts qui s'élèvent à 10.000 euros. En revanche, Patrick Devedjian n'a pas vu sa plainte pour diffamation, qui concernait le même ouvrage, retenue par le tribunal.

 

Ce serait donc la fin d'une affaire qui dure depuis un certain temps déjà. En décembre dernier, les avocats de Valérie Trierweiler avaient produit des lettres du Président de la République et du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, pour étayer les accusations de leur cliente. C'est en octobre que la plainte avait été déposée, et en novembre, elle portait la réclamation d'une somme de 85.000 euros à la maison d'édition du Moment et aux deux auteurs, Alix Bouilhaguet et Christophe Jakubyszyn. 

 

Le passage en question se situe entre les pages 42 et 45 et fait référence à une supposée relation entre Patrick Devedjian et Valérie Trierweiler. Le jugement du tribunal stipule aussi que la maison d'édition devrait augmenter tous les nouveaux exemplaires d'un encart mentionnant que ledit passage porte atteinte à la vie privée.