Les auteurs qui représentent la France à Francfort rémunérés a minima

Nicolas Gary - 04.09.2017

Edition - International - France Foire Francfort - rémunération auteurs salons - Foire livre Francfort


Ils seront une centaine conviés à Francfort, dans le cadre de la Foire du livre, du 11 au 15 octobre prochains. La France, invitée d’honneur de la manifestation, a choisi de réunir des auteur.e.s emblématique et significatifs. Et ces derniers seront invités, comme pour toute manifestation, à participer à des tables rondes.


Frankfurter Buchmesse 2016 - Foire du livre de Francfort
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

La France à Francfort, une fameuse aventure : l’édition française a pris son temps pour se mettre en ordre de marche. On sait que deux groupes éditoriaux étaient plus favorables que les autres – Gallimard et Actes Sud, du fait de leurs liens avec l’édition allemande. Mais en fin de compte, la liste des auteurs invités par l’Institut français, en charge de l’organisation de la présence française, est assez variée.

 

Francfort sur les chapeaux de roue


Suivant la coutume, les auteur.e.s sont conviés à intervenir autour de tables rondes. Or, à cette heure, rien n’avait encore été officiellement évoqué concernant la rémunération liée à leurs interventions. « Nos auteurs sont ravis d’être invités, mais, en effet, rien n’a été dit dans nos échanges avec l’Institut sur une rémunération », nous confirmaient différentes maisons la semaine passée.

 

Pour un peu, personne ne se serait posé la question. Il faut rappeler que, depuis le 1er janvier 2016, les manifestations soutenues par le Centre national du livre doivent rémunérer les auteurs, si elles souhaitent bénéficier de ce soutien. Ce dernier, s’inspirant des montants avancés par la Charte, a proposé une grille de rémunération recommandée.
 

> les rencontres centrées sur le dernier ouvrage de l’auteur invité seront a minima rémunérées 150 € net ;
> les rencontres nécessitant un temps de travail préparatoire seront a minima rémunérées 227 € net (correspondant au tarif proposé par la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse pour une demi-journée) ;
> les lectures-performances de et par l’auteur seront rémunérées a minima 400 € net.

 

Évidemment, le CNL n’est pas engagé dans le financement de la France à Francfort, mais son ministère de tutelle, la rue de Valois, oui. De même que le ministère des Affaires étrangères. Comment, avec l’engagement des ministères, le sujet de la rémunération aurait-il pu être écarté ?

 

Rémunérer les auteurs, évidemment !
 

Paul de Sinety, commissaire général de la présence française à Francfort, assure à ActuaLitté : « Ce n’est pas le cas : les auteurs seront bien rémunérés suivant les montants suggérés par le Centre national du livre. Pour les tables rondes, c’est un montant de 150 € net, et, s’ils font d’autres interventions, elles seront rémunérées, suivant les recommandations du CNL. »

 

Mais en règle générale, la programmation des auteurs consiste avant tout à une table ronde, pour le compte de la représentation française. « L’invitation des auteur.e.s correspond à une actualité éditoriale qu’ils et elles peuvent avoir, en langue allemande. Nous avons toujours affirmé qu’il y aurait une rémunération, elle est intégrée à notre budget – et je ne peux pas imaginer qu’il en soit autrement », poursuit le commissaire général.

 

Mauvais écho pour l'appel aux dons de livres pour La France à Francfort
 

Le manque de communication, vis-à-vis des auteurs invités, ne serait qu’une conséquence de l’ampleur de l’organisation – le temps manque pour les choses les plus évidentes. Mais ce défaut d’information n’est probablement pas le plus problématique.
 

Le risque du minima généralisé


La Société des Gens de Lettres indique : « Il n’y a aucune raison pour que les auteurs invités à Francfort ne soient pas rémunérés dans les mêmes conditions que tout événement soutenu par le CNL ou par SOFIA. Le montant retenu par l’Institut français correspond, semble-t-il, à la rémunération plancher fixée par le CNL. » 

Mais la question est plutôt de voir cette somme se généralise. « Ce montant reste toutefois largement en deçà du tarif auteur minimum préconisé par l’ensemble des associations d’auteurs et ne devrait pas devenir la norme chaque fois qu’un auteur est invité à intervenir. Nous serons vigilants à ce que la décision historique et vertueuse du CNL de conditionner l’octroi de subventions aux manifestations à la rémunération des auteurs invités ne se retourne pas contre ces mêmes auteurs. »

 

Auteurs, expos, événements : la France à Francfort dévoile son programme
 

En l’état, personne ne souhaite revenir sur l’avancée que le CNL avait apportée, en obtenant que les auteurs soient rémunérés pour toute manifestation qui percevrait un financement de la part du Centre. « C’était l’obtention d’un minima, quand il n’y avait rien de clair. Mais que le minima devienne la norme, c’est un vrai risque », reconnaît-on. 

 

« La loi est dure, mais c’est la même pour tout le monde : appliquer le plus faible échelon du barème CNL est tout de même assez mesquin », estime un organisateur de salon. La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, dont les tarifs proposés sont devenus une référence pas assez acceptée, propose en effet 250 € brut – soit 227 € net.

La France a Francfort a préféré opter pour les recommandations CNL, qui permettent ainsi de profiter d'un forfait “rencontre centrée sur l'actualité de l'auteur”. Et donc d''économiser près de 80 €. « Dans le cas de Francfort, on aurait pu économiser sur les coussins et la décoration du stand, pour mieux rémunérer les auteurs », indique un observateur.

 

Françoise Nyssen défend “l’exceptionnelle qualité des traducteurs” français
 

« Le CNL a en effet instauré un modèle de rémunération, mais cela s’est fait sans avoir de perspective d’avenir : c’est une réponse immédiate à un véritable problème, on l’a déjà vu en Angleterre ou ailleurs. Il aurait peut-être mieux valu ne pas se précipiter, et prendre le temps d'une réflexion plus globale. Le problème est que cela ne favorisera pas la diversité dans les salons. » Un autre problème....

 

Foire du livre de Franfort
 

La France à Francfort : pays invité d'honneur à la Foire du livre 2017