Les auteurs reviennent sur la fermeture des éditions Autrement jeunesse

Cécile Mazin - 25.11.2014

Edition - Les maisons - Autrement Jeunesse - littérature auteurs - parole groupe


Les éditions Autrement Jeunesse, filiale du groupe Madrigall, ont fermé cet été « sans tambour ni trompette », déplore un collectif d'auteurs, qui signe dans Les Histoires Sans Fin une tribune amère. Originellement créée par Henry Dougier en 1975, la maison Autrement avait été rachetée par le groupe Flammarion en mars 2010, alors que le groupe diffusait déjà le catalogue. 

 

 

 

 

 

 

À quelques heures de l'ouverture du Salon du livre Jeunesse de Montreuil, le collectif d'auteurs déplore qu'avec cette fermeture de la branche jeunesse, on assiste là à une chose rare, «  la disparition pure et simple d'un département jeunesse de cette envergure ainsi que de son catalogue ». À l'époque du rachat par Flammarion, Teresa Cremisi, PDG du groupe, assurait que « la proximité et la complémentarité des deux maisons [étaient] évidentes ». Mais à présent, d'autres logiques que la proximité sont manifestement à l'oeuvre.

 

Aujourd'hui, les auteurs se retrouvent orphelins de leur structure, reprochant que le rachat de Flammarion par Madrigall, la holding de Gallimard, n'ait accéléré cette fin. « Madrigall, qui a racheté cet éditeur indépendant, aurait dû mettre les gens et les moyens pour qu'Autrement Jeunesse soit bénéficiaire, valorise son fonds et continue d'innover tout en trouvant un large public. »

 

Et de poursuivre :  

Avec la disparition d'Autrement Jeunesse, c'est donc un peu de la « diversité culturelle » qui s'éteint. Pardon pour ce poncif que les réalités économiques réactivent à l'envi. Il serait dommage que cette excellence française finisse par disparaître de cette façon. 

Mais soyons optimistes. Des maisons courageuses et inventives telle qu'Autrement Jeunesse existent déjà et continueront d'exister. D'autres même verront le jour. Certes, au prix de sévères batailles contre les logiques comptables, mais qu'importe. Quant à nous autres, qui avons grandi, nous sommes épanouis et fortifiés au sein de cette belle maison (dans « maison d'édition », il y a « maison » ne l'oublions pas), à l'heure où nous écrivons ces lignes, avons été obligés de faire nos valises, contraints et forcés de voguer vers d'autres lieux de vie. Nos livres ne seront pas moins beaux que ceux parus sous la très reconnaissable étiquette rouge d'Autrement Jeunesse. Cependant, nous leur devrons au moins une minute de silence.

 

À retrouver sur Les Histoires Sans Fin.