Les auteurs se rebiffent : des sous !

Clément Solym - 21.12.2011

Edition - International - eBook - Edition - Revenus


L'auteur des Extraordinaires Aventures de Kavalier & Clay, Pulitzer en 2001, s'insurge contre les droits d'auteur « criminellement bas » perçus pour des oeuvres numériques.

 

Il a lui-même bénéficié d'un régime favorable en s'associant avec l'éditeur Open Road, en percevant 50% des revenus de l'éditeur sur certains livres.

 

Pour autant, il ne prend pas son cas comme généralité et considère que les écrivains sont otages du phénomène numérique. Il avoue avoir « accepté les royalties traditionnelles du e-book parce qu'(il) ne voulait pas laisser passer le train de la révolution numérique ».

 

Mais si ce partenariat est effectif pour ses écrits futurs, ses romans rédigés il y a quelques années ne sont pas compris dans cet accord. C'est notamment le cas des Extraordinaires Aventures de Kavalier & Clay, pour lesquelles il ne perçoit que 25% des revenus nets de l'éditeur sur les ventes du livre, soit le taux traditionnel pour les eBooks.