Les bénéfices de la lecture, et le temps qui manque cruellement

La rédaction - 16.03.2015

Edition - Société - lecture livres Français - habitudes achats librairies - plaisir France édition


Le Centre National du livre a présenté une grande étude sur le comportement de lecture des Français. Il s'agit de mesurer et de comprendre les habitudes, certes, mais également les réticences ou les difficultés qui peuvent se poser à une nation qui continue de revendiquer le plaisir du livre. Voici une synthèse complète de cette étude, Les Français et la lecture. La version complète est à retrouver à cette adresse.


Livres partout

Groume, CC BY SA 2.0



Malgré un contexte de crise et de baisse généralisée du marché du livre, les Français sont encore nombreux à lire : 85 % des Français se déclarent spontanément lecteurs de livres. 21 % considèrent même en lire beaucoup (37 % moyennement, 26 % peu et 15 % pas du tout). Après précision des différents genres de livres lus, le taux de lecteurs augmente, in fine, 9 Français sur 10 peuvent être définis comme lecteurs


Si la lecture de livres numériques poursuit son développement (19 % des Français ont lu au moins un livre numérique au cours des 12 derniers mois), seulement 1 % des Français sont lecteurs exclusifs de livres numériques. Cette lecture reste un complément à celle de livres au format papier (pratiquée par 89 % des Français)


En moyenne, les lecteurs lisent 16 livres par an : 14 livres au format papier et 2 au format numérique

  • Au format papier : 25 % des Français sont des grands lecteurs (plus de 20 livres lus au cours des 12 derniers mois), surtout présents chez les 65 ans et plus, les femmes, mais également chez les Français les plus diplômés et les plus aisés.
  • Au format numérique : les lecteurs se caractérisent par un profil plus jeune et plus masculin, davantage connecté (via une tablette, une liseuse ou un smartphone) et très internaute.

Le livre numérique ne crée donc pas de nouveaux publics, mais segmente les lecteurs plus qu'il ne démocratise la lecture.


Le contexte familial pendant l'enfance a de fortes répercussions sur les pratiques de lecture. Pour un Français sur quatre, la lecture tenait une place très importante dans sa famille : 45 % sont aujourd'hui de grands lecteurs (vs 28 % dans la population française). Si un Français sur trois déclare qu'il y avait beaucoup de livres dans sa maison, 10 % des Français déclarent qu'il n'y en avait pas : 39 % sont aujourd'hui non lecteurs (vs 10 % dans la population française)


Des lecteurs qui lisent... très régulièrement (48 % lisent tous les jours ou presque), essentiellement à leur domicile (95 %) et, pour leurs loisirs (74 %), avec une préférence pour le soir avant de se coucher (45 %). Les jeunes, les hommes et les cadres actifs sont ceux qui lisent le plus en dehors de chez eux, pour des raisons professionnelles ou dans le cadre de leurs études.


Les circonstances de lecture ont un impact sur les motivations de lecture (plaisir vs apprentissage) et les genres de livres lus.


Si les romans restent les genres de livres les plus lus (70 %), les Français sont également nombreux à lire des livres pratiques (55 %). De fortes disparités sont constatées dans les genres de livres lus entre les hommes, les femmes ou les générations. Les hommes sont adeptes de livres sur l'histoire (50 %), d'albums de BD (50 %) et de livres scientifiques, techniques ou professionnels (44 %). Les femmes préfèrent les romans (81 %), notamment les romans policiers (46 %) et les livres pratiques (62 %).


Les jeunes lisent plutôt des romans de science-fiction, fantastiques, d'heroic-fantasy (51 % des 15-24 ans), mais aussi des livres scientifiques techniques ou professionnels (48 %). Leurs aînés lisent plus de livres pratiques et de livres pour enfants (surtout les 25-49 ans), de livres d'art et de romans policiers (surtout les 50-64 ans) et de livres sur l'histoire (surtout 65 ans et plus)...


Les Français reconnaissent à la lecture de nombreux bénéfices : approfondissement des connaissances, ouverture d'esprit, plaisir, évasion, détente...

  • l'approfondissement des connaissances (23 %), surtout chez les hommes (32 %)
  • le plaisir (19 %), la détente (17 %) et l'évasion (14 %) surtout chez les femmes (22 %, 20 %, 19 %)


Les lecteurs achètent leurs livres neufs (81 %) ou se les font prêter/offrir (72 %). Seulement 3 lecteurs sur 10 empruntent des livres en bibliothèque ; les autres préférant posséder les livres qu'ils lisent (73 %). Un lecteur sur quatre a également acheté des livres d'occasion au cours des 12 derniers mois. 


Qu'ils soient lecteurs ou non, huit Français sur dix achètent aussi des livres pour les offrir, essentiellement à des enfants (68 %) ou à des membres de leur famille (66 %), avant tout pour faire plaisir (68 %), mais également pour partager un livre que l'on a aimé surtout chez les femmes (33 %) et les 45 ans et plus (38 %).


Les achats de livres se font majoritairement en librairie (généralistes ou spécialisées, 75 % au total) et en grandes surfaces culturelles (73 %). Ceux qui ne fréquentent pas les librairies estiment qu'il n'y en a pas près de chez eux (50 %). 37 % des Français n'achètent pas de livres en librairie parce qu'ils pensent que le prix des livres y est plus élevé qu'ailleurs, ce qui démontre une méconnaissance de la loi sur le prix unique du livre.


Lorsqu'ils achètent un livre, les Français peuvent aussi bien le choisir sur le point de vente (77 %), notamment les femmes (81 %) qu'en amont (80 %). En amont, ils sont principalement influencés par les recommandations de leurs proches (86 %) et l'envie de lire un auteur qu'ils apprécient (84 %). Sur le point de vente, le sujet du livre (86 %) et son résumé (84 %) sont les deux éléments qui génèrent le plus l'achat d'impulsion.


Les Français lisent, mais pas autant qu'ils le souhaiteraient : 64 % aimeraient lire plus. Si près de la moitié des lecteurs déclarent lire autant qu'avant (49 %), la dynamique de lecture est globalement en baisse (33 % lisent de moins en moins vs 18 % de plus en plus), surtout chez les plus jeunes. Le manque de temps (47 % tout à fait d'accord, 72 % d'accord), la concurrence des autres loisirs (36 % tout à fait d'accord) et les autres lectures type presse, blogs ou contenus multimédia (32 % tout à fait d'accord) sont les principaux freins à la lecture.


En dehors de la lecture, les Français pratiquent de nombreuses autres activités, surtout les plus jeunes. Ces nombreux loisirs ont d'indéniables conséquences sur le temps accordé à la lecture. La moitié d'entre eux estime que ces activités réduisent effectivement le temps de lecture (17 % beaucoup). S'ils avaient plus de temps, la lecture serait l'une des trois activités privilégiées par les Français, avec les sorties entre amis et les sorties culturelles. La lecture est le loisir privilégié à domicile et le premier loisir individuel.


Les discussions avec les proches sont également un facteur d'incitation à lire plus.