Les bibliothécaires à Livre Paris : “Nous espérons le soutien de la chaîne du livre”

Antoine Oury - 28.02.2017

Edition - Bibliothèques - bibliothécaires Livre Paris - Salon Livre Paris manifestation - bibliothécaires Salon Livre


Les bibliothécaires de Grenoble ont lancé un appel au rassemblement de leur profession lors du Salon du Livre de Paris, le 24 mars prochain, pour protester contre l'austérité et les restrictions budgétaires qui ont un impact direct sur l'exercice de leur métier. Les professionnels attendent aussi une rencontre avec la ministre de la Fonction publique, Annick Girardin.

 

Salon du Livre de Paris 2014

Au Salon du Livre de Paris (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

L'appel est désormais lancé : les bibliothécaires de Grenoble, soutenus par l'intersyndicale CGT-FO-SUD-CNT, ont donné rendez-vous à leurs collègues et à toutes les professions du livre le vendredi 24 mars prochain, le matin, au Salon du Livre de Paris. « Sur un plan symbolique, ce choix nous paraît adéquat, car il s'agit d'un des hauts lieux où se défendent le livre et la chaîne du livre, et les bibliothèques en constituent un maillon important », nous explique un des professionnels qui feront le déplacement dans la capitale.

 

Évidemment, le Salon du Livre de Paris est aussi « un temps fort, qui permet d'attirer les médias plus facilement ». Dans cette perspective, les organisateurs du Salon vont être sollicités pour qu'une tribune soit accordée aux manifestants, afin d'alerter la presse et le grand public sur leurs conditions de travail de plus en plus difficiles.

 

Les bibliothécaires de Grenoble espèrent qu'un maximum de collègues se joindra à eux : si un trajet en bus est prévu pour les personnels de la ville, ces derniers comptent surtout sur le soutien des bibliothécaires parisiens, mobilisés depuis plusieurs mois pour défendre des conditions de travail qu'ils jugent précaires. « Quelque chose va sûrement s'enclencher, et d'autres professionnels feront le déplacement jusqu'à Paris », promet un professionnel.

 

« Nous espérons aussi le soutien de toute la chaîne du livre », souligne un autre. Selon les organisateurs de cette manifestation, depuis le lancement de l'appel, les auteurs se sont montrés particulièrement solidaires : « Nous avons reçu plusieurs messages de soutien, et des illustrateurs nous ont même proposé d'utiliser leurs travaux pour des messages de lutte. » Pas vraiment étonnant, après tout : les auteurs avaient eux-mêmes manifesté, en 2015, pour alerter sur leur condition sociale et leur paupérisation.

 

L'après-midi, les bibliothécaires iront à la rencontre de la ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, pour exposer leurs préoccupations.

 

De Grenoble à Paris, un dialogue social tendu

 

À Grenoble, la municipalité envisageait la fermeture de trois bibliothèques, pour cause de réduction des dotations de l'État et, in fine, pour réaliser des économies. Les établissements Prémol et Hauquelin sont aujourd'hui bel et bien fermés : « Samedi dernier, Prémol a été vidé de ses livres et de ses étagères. Pour l'instant, on ne sait pas ce qu'il adviendra des livres », nous précise-t-on.

 

Pour l'établissement Alliance, la situation est un peu plus particulière : l'établissement a été réduit de moitié en termes de surface et de personnel, pour abriter un « tiers lieu ». « Le projet est en cours d'élaboration, un cabinet extérieur mène actuellement la réflexion. Il s'agirait d'un espace qui puisse être mis à disposition des habitants, des partenaires, des associations, etc. », indique un professionnel.

 

Le dialogue social, à Grenoble, reste difficile : les professionnels ont fait une grève en juillet, 2 en octobre et 4 en décembre dernier : « Cela s'amplifie, c'est sûr », remarque l'un d'entre eux.

 

Les collègues parisiens auront sûrement à cœur de ne pas manquer le rendez-vous : depuis plusieurs semaines, ils sont engagés dans un mouvement de grève qui dénonce les conditions imposées par la Mairie de Paris pour l'ouverture dominicale des établissements.