Paris : 300 à 400 bibliothécaires en grève

Antoine Oury - 06.06.2015

Edition - Bibliothèques - bibliothèques - Paris - Françoise Sagan


Le préavis de grève avait été déposé rapidement, mais les personnels ont répondu présents. 300 à 400 personnes du réseau des bibliothèques et médiathèques parisiennes ont participé à la mobilisation en soutien à la directrice de la bibliothèque André Malraux (Paris 6e), qui a quitté son poste suite à de mauvaises relations de travail avec le maire du 6e arrondissement, Jean-Pierre Lecoq (Les Républicains).

 

Grève des bibliothécaires parisiens - Médiathèque Françoise Sagan, Paris Xe

Devant la médiathèque Françoise Sagan, vers 10h ce matin (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

Villon, Colette Vivier, Place des fêtes, Clignancourt, Hergé, Claude Lévi-Strauss, Edmond Rostand, Aimé Césaire, Glacière... Autant d'établissements représentés ce matin à la mobilisation, devant la flambant neuve médiathèque Françoise Sagan (10e) : certaines bibliothèques étaient fermées la matinée, d'autres l'après-midi, certaines une heure... Ceux qui n'ont pas pu se déplacer sont en partie remplacés par des retraités ou des vacanciers : la mobilisation a pris des dimensions diverses, mais le réseau est rassemblé. Outre l'absence de la CFDT, les syndicats Force Ouvrière, Supap-FSU, UCP, UNSA et CGT étaient présents.

 

Lundi dernier, le personnel de la bibliothèque André Malraux apprenait le départ volontaire de sa directrice (avec la pose d'un congé parental), suite à de mauvaises relations de travail avec le maire d'arrondissement Jean-Pierre Lecoq (Les Républicains). « Les relations étaient bonnes avec le directeur précédent, aujourd'hui disparu », nous confie un bibliothécaire d'André Malraux. « Mais elles se sont dégradées depuis l'arrivée de notre directrice : elle demandait l'ouverture de salles pour nos animations, qui lui était systématiquement refusée par le maire, sans explications. Nous avons rencontré M. Lecoq après les événements de Charlie Hebdo, il était venu nous voir très rapidement. Ces élus se croient tout permis », déplore un gréviste.

 

Le maire d'arrondissement aurait également réclamé les statistiques de l'établissement, afin de procéder à des comparaisons et à des bilans de performance. Nous avons tenté à plusieurs reprises de joindre M. Lecoq, sans succès.

 

Les personnels des bibliothèques ont reçu un soutien affiché de Bruno Julliard, Premier Adjoint à la Maire de Paris chargé de la culture, et de Noël Corbin, directeur des Affaires Culturelles de la Ville de Paris. Le cabinet de Bruno Julliard nous avait déjà confirmé que des rappels à l'ordre avaient été effectués. Les bibliothèques du réseau parisien ne font en effet pas partie des services déconcentrés (comme les crèches, par exemple), et les maires d'arrondissement ne sont donc pas les supérieurs hiérarchiques. Les services de la Ville ont qualifié l'ancienne directrice d'André Malraux comme « irréprochable ».

 

Le nouveau responsable de l'établissement recevra une lettre de cadrage très claire, pour lui rappeler ses droits dans les relations avec le maire d'arrondissement, lettre qui « pourrait être utilisée » pour les autres arrondissements de la Ville. L'administration a par ailleurs reconnu des « dysfonctionnements », à l'origine de cette situation de crise. Dans tous les cas, l'interlocuteur des maires d'arrondissement, pour les bibliothèques, reste la Direction des Affaires culturelles. Le directeur de cette dernière, Noël Corbin, a rencontré les personnels d'André Malraux hier, en les assurant de son soutien.

 

Les services informatiques du réseau parisien étaient eux aussi présents : « Les budgets, les moyens humains, on retrouve les mêmes soucis et les mêmes envies de rendre un bon service au public chez nous. Il ne faut pas faire de distinctions : nous sommes nous aussi des bibliothécaires, et nous soutenons nos collègues au quotidien. Le réseau des bibliothèques, c'est un tout. »

 

Nous avons tenté de joindre l'administration parisienne pour des chiffres officiels de mobilisation.