Les bibliothèques anglaises font appel à la justice

Clément Solym - 25.02.2011

Edition - Bibliothèques - bibliothèques - anglaises - publiques


Les militants qui contestent les fermetures intempestives de bibliothèques publiques au Royaume-Unis, ont décidé de faire appel au Tribunal de grande instance, contre les Conseils de Somerset et de Gloucestershire. (via The Guardian)

Agissant au nom des utilisateurs des bibliothèques, le cabinet d’avocats spécialisés dans le respect des Droits de l’homme « Public Interest Lawyers » (PIL) va engager un contrôle judiciaire des deux conseils dans les semaines à venir. Le cabinet conteste la légalité du projet de fermetures massives en vue du respect de la loi anglaise de 1964 concernant les musées et les bibliothèques publiques.


En effet, cette dernière stipule que les autorités locales sont tenues de proposer un service « complet et efficace pour tous les utilisateurs ». Et selon les avocats, les Conseils de Somerset et de Gloucestershire ont étés incapables d’évaluer de manière adéquate les besoins de la population locale, et n’ont pas pris la peine de consulter cette même population avant de prendre des décisions qui la touchent directement.

Ainsi, dans le conté de Gloucestershire, le nombre de bibliothèques ouvertes à temps plein passera de 38 à 9 et le conseil a également décidé de supprimer entièrement les bibliothèques mobiles qui circulaient jusque là dans les zones rurales. Quant au conseil de Somerset, s’il a légèrement réduit le nombre de suppressions prévues, ce geste est loin d’être suffisant.

D’ailleurs, les acteurs politiques britanniques risquent d’affronter une dangereuse baisse de popularité à cause de cette polémique et c’est sans doute ce qui les pousse à modifier ou à retarder les fermetures massives (notre actualitté), sans jamais y renoncer complètement.

Ainsi, le nombre de fermetures des bibliothèques ne cesse d’augmenter au Royaume-Uni et plus de 520 bibliothèques publiques sont menacées dont 60 bibliothèques mobiles. C’est pourquoi le procès peut changer beaucoup de choses. Les militants, de plus en plus nombreux, en ont conscience et saluent le soutien de certains auteurs qui se joignent au combat, comme l’écrivain canadien Yann Martel ou encore la britannique Joanna Trollope.