Les bibliothèques de prison, ou la nécessité du partenariat

Cécile Mazin - 24.03.2016

Edition - Bibliothèques - bibliothèques prison livres - partenariat lecture


Une Journée d’étude nationale est organisée par l’ABF (Association des Bibliothécaires de France) ce 10 mai 2016 à la médiathèque Françoise Sagan, Paris 10e. La commission Bibliothèques/Médiathèques en établissements pénitentiaires de l’ABF est à l’origine de cette journée. Elle commission réunit des bibliothécaires et des professionnels du livre et de la lecture en prison. Elle vise à faire évoluer positivement la place et le rôle des bibliothèques en prison et à favoriser leur prise en considération par les pouvoirs publics, dont l’administration pénitentiaire. 

 

Jail cells at the Southborough Police Station

my_southborough, CC BY ND 2.0

 

 

Cette journée s’adresse aux professionnels des bibliothèques, de la culture et de la justice mais aussi aux citoyens désireux de découvrir la vitalité qui naît d’une bibliothèque de qualité. 

 

La question des bibliothèques en établissements pénitentiaires, si l’on veut la voir évoluer vers une généralisation des bonnes pratiques, doit concerner les bibliothèques publiques, mais également une multitude de partenaires, pouvant y trouver un lieu commun de travail auprès de la population pénale. 

Aux côtés des bibliothèques des territoires, à l’intérieur et à l’extérieur des établissements, des libraires, des manifestations littéraires, mais aussi des bénévoles et d’autres acteurs du champ culturel, éducatif ou social. 

 

Cette journée d’étude nationale permettra d’éclairer la réflexion sur la bibliothèque de prison, carrefour de l’action socio-culturelle, de la formation et de la réinsertion des personnes détenues, par des exemples concrets réunissant des partenaires variés. 

 

Ce sera le cas, entre autres, de Facile à lire en Bretagne et dans les Pays de la Loire qui réunit, autour de livres adaptés, des partenaires du monde du théâtre, des arts plastiques ou de la formation professionnelle. De même à Metz, ou des émissions littéraires sont réalisées par des personnes détenues en mobilisant ainsi la bibliothèque et la télévision interne. 

 

Ces actions sont portées par des personnes aux profils très différents allant des bibliothécaires professionnels détachés (Catherine Langlois à Val-de-Reuil) aux bénévoles de l’association Culture et Bibliothèques pour tous à la prison de la santé, en passant par des partenariats tripartites (MDP Haut Rhin). 

La mutualisation des forces et des compétences permet la mise en œuvre de projets communs et transversaux d’autant plus efficients. 

 

Infos pratiques 

Programme détaillé ou sur le site de l’ABF - Lieu : Médiathèque Françoise Sagan, 8 Rue Léon Schwartzenberg, 75010 Paris Horaires : de 9 h 30 à 16 h 30 ; Entrée gratuite pour les adhérents ABF — 50 euros pour les non adhérents 

 

 

Le Groupe de travail Médiathèques-Bibliothèques d’établissements pénitentiaires de l’ABF est créé pour trois raisons essentielles :

  • Les personnes détenues ne connaissent pas l’effectivité du droit égal à la culture reconnue aux citoyens libres
  • Les médiathèques-bibliothèques sont souvent des espaces réduits impropres à recevoir les services modernes de la lecture publique, ce qui est préjudiciable non seulement aux usagers, mais aussi aux professionnels
  • Les pouvoirs publics n’ont pas encore fait l’effort nécessaire pour développer les médiathèques-bibliothèques des établissements pénitentiaires et rendre pérennes leurs activités.

 

Le Groupe de travail Médiathèques-Bibliothèques d’établissements pénitentiaires de l’ABF a pour objectifs :

  • De provoquer la réflexion sur les carences structurelles de la lecture publique dans les prisons françaises
  • De faire des propositions aux pouvoirs publics (États et collectivités territoriales) pour que les détenus voient réellement la satisfaction de leurs droits en matière culturelle
  • De nourrir les travaux du groupe de travail de l’IFLA sur les publics empêchés.