Les bibliothèques doivent-elles accueillir des discours de haine ?

Nicolas Gary - 16.07.2018

Edition - Bibliothèques - discours haine bibliothèque - groupes haine égalité - liberté expression parole


Crise sociétale au sein des bibliothèques américaines : la mise à jour de la Charte des droits dans les établissements vient d’ouvrir une porte aux groupes haineux. Et permets à ces derniers de pouvoir utiliser les installations à l’occasion de regroupement. Scandale ; pourtant, le périmètre semblait correctement balisé.


Haters
Johnny Silvercloud, CC BY SA 2.0
 

 

Dans un communiqué, diffusé sur son site l’American Library Association, indique avoir bien adopté une révision de sa Charte. À l’occasion de la conférence annuelle à la Nouvelle-Orléans, la Library Bill of Rights a donc été revue, à l’initiative d’une proposition émanant du groupe pour la liberté d’expression (Intellectual Freedom Committee, IFC).

 

Dans un souci d'égalité appliquée à tous
 

La révision porte sur de nombreux sujets, comme les salles de réunion, les services aux personnes handicapées et les programmes initiés par les établissements eux-mêmes. Or, dans une perspective égalitaire, l’IFC a souligné une incohérence dans les statuts mêmes...

 

« Si une bibliothèque autorise des organisations caritatives, à but non lucratif et sportives, à discuter de leurs activités dans ses salles de réunion, alors, elle ne peut exclure des groupes religieux, sociaux, civiques, politiques ou haineux dans ces installations. » Stupéfiant. 

 

Et l’expression des groupes haineux est véritablement soulignée comme nécessitant un traitement équilibré, au même titre que les autres associations qui pourraient solliciter l’établissement. 

 

Liberté, liberté chérie...
 

L’ALA s’est toujours référée au premier amendement de la constitution pour défendre la présence de livres les plus divers auprès des publics. Et dans le même mouvement, elle assure que les discours de haine sont également protégés par ce premier amendement, qui offre une liberté de parole totale.

 

« Les bibliothèques doivent se conformer aux idéaux et aux exigences juridiques », indique l’ALA sur son site. « Nous ouvrons nos portes aux discours offensants, bigots, sectaires et déviants, dans les bibliothèques, si ces discours ne sont que des discours », précise également l’organisation.

 

Elle opère surtout une distinction cruciale entre les discours de haine, et les comportements haineux. « Aucune conduite haineuse n’est tolérée dans une bibliothèque et devra être traitée comme un problème comportemental ou une violation du Code de conduite de la librairie. Nous ne pouvons pas restreindre les discours sur la seule base de leur contenu, mais nous pouvons nous attaquer aux comportements inappropriés ou illégaux. »

 

Débat mouvementé autour de l'accueil
 

James LaRue, directeur de l’ALA, a tenté sur les réseaux de calmer les esprits, rapidement échauffés à l’idée que l’on puisse autoriser des personnes à se retrouver, autour de discussions homophobes, racistes ou autre.

 

 

 

En effet, certains, comme ce conservateur de la bibliothèque de Harvard, John Overholt, voient dans cette révision une « une perversion de notre engagement professionnel vis-à-vis de la liberté intellectuelle ». En accordant les mêmes droits à tous, et sous couvert de liberté, justement, on ouvre la voie à la diffusion de discours de haine. 

 

 

 

Réponse de James LaRue : « Sommes-nous à ce point effrayés par les discours de haine que nous en puissions oublier tout le reste ? » Délicat débat... Et toute l’organisation de conclure dans un communiqué : « La bibliothéconomie ne repose pas sur la confiscation de la parole. Elle repose sur le droit d’exprimer et d’accéder a à la parole. »




Commentaires

si je vois bien ce qu'est une conduite haineuse, genre antifas qui s'attaquent en meute à des professeurs d'université isolés se refusant à une pensée grégaire, reste à définir ce qu'est précisément un discours de haine ?

parce qu'en ce temps où nos valeurs sembles inversées, il devient risible de voir des prétendus progressistes se muer en inquisiteurs de la pire espèce !

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.