Les bibliothèques du Québec attirent de plus en plus d'usagers

Julien Helmlinger - 13.02.2015

Edition - Bibliothèques - Québec - Bibliothèques - Statistiques


Selon les chiffres publiés ce jeudi par l'Observatoire de la culture et des communications du Québec, de l'Institut de la statistique québécois, les bibliothèques publiques de la province seraient de plus en plus utilisées par le public. Entre 2002 et 2012, l'utilisation du service aurait progressé de 6 prêts par habitant à 7. Cela représente moins d'emprunts que dans l'Ontario, 10 par habitant, mais ce dernier chiffre serait resté inchangé depuis 2002.

 

 

IMG_3030.JPG

Bibliothèque Q2, Montréal - CC by 2.0 par LWyang 

 

 

Si les indicateurs d'utilisation des services des bibliothèques québécoises affichent des valeurs inférieures à celles des bibliothèques étrangères, cet écart tend à se restreindre. La fréquentation aurait également progressé au Québec. Le nombre d'entrées physiques, par habitant, est passé de 3,7 en 2007 à 4,0 en 2012 dans les bibliothèques québécoises, tandis qu'en Ontario ce nombre a diminué, passant de 5,8 à 5,5.

 

En termes de proportion de population desservie, inscrite en tant qu'usager du service, le taux était de 31 % en 2002, 36 % en 2007 et 35 % en 2012. En Ontario il était de 50 %, puis 42 % et enfin 37 %. En comparaison, en Colombie-Britannique les relevés étaient de 52 %, 45 % et 39 %.

 

Cette population considérée comme desservie par une bibliothèque publique a également augmenté sur la période, ainsi que la superficie de ces établissements et le nombre de documents imprimés au sein de leurs collections. Par ailleurs, le nombre d'heures d'ouverture est équivalent à celui de l'Ontario, mais nettement inférieur à celui de la Colombie-Britannique ou des États-Unis.

 

Entre 2002 et 2012, les dépenses de fonctionnement du service public au Québec ont diminué de 28 $ par habitant à 44 $, tandis qu'en Ontario, elles ont augmenté, passant de 40 $ à 49 $ en 10 ans.