Les bibliothèques du Sheffield risquent la fermeture

Clément Solym - 16.08.2012

Edition - Bibliothèques - bibliothèque - sheffield - Mazher Iqbal


Suite aux restrictions budgétaires annoncées par les autorités, des bibliothèques ne sont plus exclues de fermeture après la réunion du Conseil de Sheffield qui évaluera les besoins et les répartitions en octobre.

 

Pour le moment, aucun site n'a encore vu ses portes fermées. Mais c'est l'avenir de 28 bibliothèques et de leurs services que le Conseil va devoir examiner. Le conseiller Mazher Iqbal, membre du cabinet responsable des services communautaires, estime que des économies annuelles de six millions de livres sont nécessaires. Comment s'y prendre ? 

 

Le Conseil évoque l'idée de partager les bâtiments des bibliothèques afin d'y intégrer d'autres services publics et commerciaux, tout en lançant un appel supplémentaire aux aides-bénévoles qui ne devraient pas remplacer les employés rémunérés. De plus, des mesures vont être prises quant au développement ou à la réduction (voir fermeture) du service de certains sites.

 

En attendant, un questionnaire a été mis en ligne et a disposition des utilisateurs dans les bibliothèques - ils sont près de 180 000 enregistrés -  afin d'évaluer la façon dont les gens utilisent chaque service proposé et quelles sont leurs réelles valeurs. Un examen approfondi de l'utilisation des bibliothèques qui n'apportera sans doute pas de conclusions positives.

 

Le but de l'enquête est simple : « nous voulons fournir des services qui sont toujours d'actualité et à prix abordable ». « Nous évaluons les besoins locaux, quels services sont nécessaires et combien de personnes peuvent exiger des services supplémentaires à l'avenir, aussi », annonce le conseiller Mazher Iqbal.

 

Des préoccupations que l'opposition libérale démocrate pointe également : « Il y a des choix difficiles à faire afin de réduire les dépenses publiques. Toutefois, lorsque le parti libéral démocrate contrôlait le Conseil de Sheffield, les fermetures ont été évitées. Je crains que ce ne soit que la première étape d'une route qui mènera à la fermeture des bibliothèques », déclare le leader conseiller Shaffaq Mohammed.