Les bibliothèques et les auteurs au coeur du budget 2020 de la Culture

Nicolas Gary - 28.09.2019

Edition - Economie - budget ministère culture - Franck Riester - bibliothèque ouverture


Avec l’objectif annoncé de soutenir « les filières de la création », mais également de « fédérer les industries culturelles et créatives », le budget du ministère de la Culture pour 2020 se veut prometteur. Intention suprême : « réaffirmer notre souveraineté culturelle », assure le ministre Franck Riester. État des lieux.


 

Alors que deux jours auparavant Google avait claqué la porte en annonçant son refus de rémunérer les sites de presse,   le budget 2020 était présenté ce 27 septembre par la rue de Valois, dans le cadre du projet de loi de finances. Le 60e anniversaire du ministère de la Culture ne pouvait s’opérer sous le signe d’une restriction budgétaire. 
 
Avec 14 milliards € consacrés aux politiques culturelles, indiquait Franck Riester dans le budget de l’État, ce sont 8,2 milliards de moyens dont disposera le ministère — soit 730 millions € de mieux que l’an passé. D’un côté les crédits augmentent de 43 millions €, de l’autre, 30 millions € seront « mobilisés au titre du programme des investissements d’avenir ». 

Au menu, quatre grandes orientations : l’émancipation citoyenne, la cohésion et de l’attractivité des territoires, les artistes et créateurs et donc, la souveraineté culturelle. On retrouve donc logiquement l’Éducation artistique et culturelle, pour les jeunes de 3 à 18 ans, et le Pass culture, offrant 500 € de crédits aux plus de 18 ans, pour des achats de biens et services. Pour 2020, 40 millions € y seront dédiés — et plus largement 200 millions € serviront aux dispositifs pour « favoriser l’accès de tous à l’art et la culture ». 

Notons, pour revenir une seconde sur la question des médias, que 3 millions € iront à la lutte contre les infox et la haine en ligne. 
 

Des territoires et des auteurs


Autre élément, touchant aux territoires, un budget de 4 millions € pour les fameuses ouvertures d’établissement — faisant suite au rapport d’Erik Orsenna sur les bibliothèques. Une enveloppe de 88 millions € sera pérennisée pour ouvrir plus, le nouvel apport servira à instaurer « des lieux de médiation numérique, des maisons de service public culturel, offrant de nouveaux services à nos concitoyens — artistiques, éducatifs, sociaux — pour les accompagner dans leur quotidien ».

Dans un même ordre d’idée, le château de Villers-Cotterêts sera rénové, avec l’objectif « d’y ouvrir une cité internationale de la langue française ».
 
Côté artistes auteurs, 5 millions € de plus abonderont au Fonds national pour l’emploi dans le spectacle. De même, le dispositif de compensation de la CSG sera maintenu. Et l’on attend avec impatience les conclusions du rapport confié à Bruno Racine sur le statut des créateurs, et ses propositions pour lutter contre la précarisation

Dernier point, qui ne manquera pas d’intérêt, la fusion de France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’INA qui seront intégrées dans un groupe public baptisé France Médias. Un modèle de renforcement dans la coopération de ces structures, tout en participant à une maîtrise de la dépense publique.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.