Les bibliothèques, “face à une attaque sans précédent contre notre métier”

Victor De Sepausy - 15.03.2017

Edition - Bibliothèques - bibliothèque Paris salon - Livre Paris mobilisation - grève appel bibliothécaires


Les bibliothécaires de Grenoble seront à Paris, vendredi en huit, le 24 mars, au Salon du Livre pour défendre leur métier, lequel est attaqué un peu partout. Un rassemblement est prévu à 10 heures à l’entrée du Salon, Porte de Versailles. Un appel a été lancé voilà quelque temps, pour exhorter chacun à s'engager. 

 

Les bibliothèques de Paris en Grève

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

À noter que des bibliothécaires de l’île de France (Yvelines, Seine-et-Marne, Plaine commune, Sevran...) seront à ce rassemblement ainsi que ceux de la bibliothèque ronde de Clamart. Manifestement, ceux d’Amiens (Somme) seront eux aussi présents. L’appel étant diffusé depuis deux semaines dans tout le pays, il est possible que des collègues de province soient également de la partie. Ultime précision : une conférence de presse sera également organisée dont l’objet sera la défense de la lecture publique sur tout le territoire.

 

 

L'appel des bibliothécaires de Grenoble à tous les professionnels de la lecture publique

 

Nous sommes tous des Grenoblois

 

Toutes et tous à Paris, le vendredi 24 mars à 10 heures, pour manifester au Salon du Livre » lancent nos collègues de l'Isère

 

 

Les bibliothécaires de Grenoble (Isère) ont décidé de lancer un appel à tous les professionnels de la lecture publique pour revendiquer « la préservation et la valorisation d’un métier d’engagement » mis à mal non seulement du côté des Alpes, mais également sur tout le territoire. Voici leur texte dans son intégralité.

 

Nous, bibliothécaires de Grenoble, soutenu-es par l’intersyndicale CGT-FO-SUD-CNT, sommes en lutte depuis le mois de juin 2016. Cette lutte fait suite à l’annonce de la fermeture de trois bibliothèques de quartier et la suppression de 13 postes. Ces fermetures, dans le contexte d’un plan d’austérité mis en place par la municipalité grenobloise, viennent frapper un réseau de bibliothèques exemplaire à plus d’un titre.

 

Face à une attaque sans précédent contre notre métier, nos emplois et les valeurs du service public, nous combattons ces choix que nous jugeons délétères et qui, nous l’affirmons haut et fort, hypothèquent l’idéal démocratique.

 

Nous récusons les choix budgétaires, qui, à Grenoble, dépossèdent les quartiers populaires de leur bibliothèque, et font peser sur les plus défavorisés le coût de l’austérité. A l’heure où la fragmentation sociale gagne du terrain, où le repli sur soi et la défiance à l’égard de l’autre gangrènent chaque jour un peu plus notre devenir commun, fermer des bibliothèques, c’est selon nous, se montrer aveugle ou se faire complice du délitement de la société.

 

Car ce qui fonde la bibliothèque, c’est son incarnation du principe d’égalité. Elle est encore l’un des derniers lieux ouverts à tous où se joue l’apprentissage du vivre ensemble et de la citoyenneté. Œuvrant activement pour la résorption des inégalités, elle reste l’instrument privilégié du projet de démocratisation culturelle.

 

Convaincus de l’utilité sociale de notre métier, de l’importance de son rôle éducatif et émancipateur, nous sommes fermement décidés à le défendre au plan national, en organisant le déplacement d’une délégation de bibliothécaires jusqu’au Salon du Livre de Paris d’une part, jusqu’au Ministère de la Fonction publique d’autre part, pour exiger les moyens d’exercer un service public de proximité et de qualité.

 

Faisant le constat que les bibliothèques de Grenoble ne sont pas les seules mises à mal et que d’autres bibliothèques françaises sont aux prises avec des difficultés similaires, nous appelons tous les professionnels de la lecture publique à rejoindre notre lutte pour revendiquer la préservation et la valorisation d’un métier d’engagement.

 

Si vous aussi, vous refusez d’être les sacrifié-es d’une logique purement comptable de la société, si vous aussi vous refusez les coupes sombres dans les effectifs, les restructurations, la dégradation des conditions de travail, le démantèlement et la marchandisation du bien commun, si vous aussi vous êtes indigné-es par le rouleau compresseur de l’austérité budgétaire, rejoignons-nous le 24 mars prochain à Paris.

 

Un appel que ne nous ne pouvons que partager dans les bibliothèques de la Ville de Paris. Alors tous ensemble le 24 mars à partir de 10 heures à la Porte de Versailles pour rejoindre nos collègues de Grenoble dans leur défense de la lecture publique. Pour toutes infos complémentaires, vous pouvez également vous rendre sur leur page Facebook. Pour ceux qui voudraient donner un petit coup de pouce à nos collègues et leur permettre de financer un peu leur virée dans la Capitale, une cagnotte a été mise en ligne (voir ici).