Les Britanniques déclarent tout leur amour aux bibliothèques, “essentielles”

Nicolas Gary - 18.04.2016

Edition - Bibliothèques - bibliothèques fermeture - crise Royaume-Uni - emplois service public


La préservation des bibliothèques apparaît comme une nécessité fondamentale pour les Britanniques. Une étude menée en ligne démontre que l’opinion publique est plus que favorable à ce que l’on protège ce service. Une pierre de plus apportée à l’édifice des auteurs qui depuis plusieurs semaines se mobilisent contre la fermeture de la Carnegie Library. Le gouvernement avait déjà annoncé qu’il reviendrait sur cette décision, mais tous les arguments sont bons à prendre.

 

Library

Gord Webster, CC BY SA 2.0

 

 

Avec 29.856 votes, le site qui menait l’enquête auprès de la population britannique dévoile des informations dont on se doutait déjà. L’immense majorité des votants a entre 35 et 64 ans – près de 19.000 réponses – et leurs commentaires sont implacables. « Je fréquente régulièrement une bibliothèque, il est crucial qu’elle soit protégée », répondent-ils en chœur. 

 

Au total, 89 % des personnes sollicitées sont d’accord avec cette vision des choses, qu’ils soient utilisateurs réguliers ou non par ailleurs. 

 

La prise de conscience semble moins essentielle chez les plus jeunes : les moins de 25 ans sont 17 % à ne pas fréquenter ces lieux, et considérer qu’ils ne représentent pas le meilleur usage possible de l’argent public. Sur l’ensemble des répondants, seuls 6 % prennent cette position.

 

Depuis quelques années, on parle d’une crise sans précédent dans l’histoire du pays, qui frappe les établissements publics de prêt. Ce sont 350 établissements ou bibliothèques mobiles qui ont mis la clé sous la porte entre 2010 et aujourd’hui et, plus inquiétant encore, le nombre de volontaires en poste dans les bibliothèques est désormais supérieur à celui des employés. Les dégâts sont énormes, avec la disparition d’un quart des emplois, soit 8000 postes supprimés.

 

« Même les gens qui ne sont pas des utilisateurs réguliers de la bibliothèque sentent qu’elles représentent encore une partie essentielle de leur communauté », assure le directeur général de Chartered Institute of Library and Information Professionals, Nick Poole. « Le sondage met en évidence la force du soutien apporté aux services des établissements. [...] Nous exhortons le gouvernement national et les autorités locales à travailler avec nous pour offrir une politique décloisonnée, de faire cesser la vague de décisions court-termistes et faire en sorte que les communautés aient accès aux services de grandes bibliothèques à l’avenir. » (via Guardian)

 

Voilà des mois que les critiques pleuvent sur le ministre de la Culture Ed Vaizey : « Il était à la radio ce matin même pour expliquer combien les bibliothécaires professionnels étaient importants, et que les volontaires ne pourraient jamais les remplacer. Mais jusqu’à présent, il n’a fait qu’encourager la gestion des établissements par des volontaires », soulignait ainsi fin mars Laura Swaffield, à la tête de Library Campaign, qui rassemble des militants et activistes mobilisés pour le maintien du réseau.