Les Britanniques goûtent aux livres traduits, mais du bout des lèvres

Julien Helmlinger - 05.10.2016

Edition - Economie - marché économie - Royaume-Uni - traduction


Des obstacles empêcheraient encore la littérature étrangère de pénétrer véritablement le marché britannique. Toutefois à l’heure de l’annuelle Journée mondiale de la traduction, qui a eu lieu le 30 septembre, Nielsen indique une significative progression des ventes d’œuvres traduites au Royaume-Uni. Une hausse de 96 % entre 2001 et 2015, attribuée principalement à certains best-sellers, comme Haruki Murakami, Elena Ferrante ou encore Karl Ove Knausgaard.

 

CC by SA 2.0 par Randi Hausken

 

 

Sur l’année 2015, la littérature étrangère traduite se serait en moyenne mieux vendue que celle écrite dans la langue de Shakespeare, pesant pour 7 % du marché des livres de fiction, en volume. Considérant que les traductions ne représentent qu’à peine 1,5 % de la globalité des œuvres publiées sur le territoire, le marché reste donc frileux et semble promettre encore une belle marge de progression.

 

En Allemagne, dont le volume du marché du livre est plus important, la part des œuvres traduites serait de 12,28 % en comparaison. Elle serait de 15,9 % en France et de 19,7 % en Italie, d’après l’édition 2015 de l’enquête de Literature Across Frontiers. Son auteure Alexandra Büchler en a conclu que « l’on n’est pas prêt de voir les piles de traductions invendues », précautions d’éditeurs limitant les risques, alors que « les libraires indépendants qui étaient heureux d’avoir des livres traduits sont en train de disparaître ».

 

Cette « fausse impression d’avoir le monde en anglais »

 

Du côté d’Elena Ferrante, Europa Editions, Daniela Petracco imagine que le succès de sa saga napolitaine ouvre une brèche dans laquelle d’autres auteurs pourront s’engouffrer pour toucher une audience qu’elle a familiarisé à la traduction. Elle admet toutefois se prendre à rêver parfois « de lecteurs insensibles à la traduction » et autres « libraires qui ne ghettoïsent pas la fiction traduite dans l’arrière-salle ».

 

Sur fond de Brexit, Susan Curtis-Kojakovic des éditions Istros Books spécule à propos d’un certain « esprit insulaire » et de « complexe impérialiste », estimant que les Britanniques lisent plus de livres américains que de littérature européenne, bien que cette dernière puisse sembler plus proche de leur propre culture. James Tennant du PEN met également en cause le protectionnisme insulaire. Pour lui, il existe par ailleurs tellement de livres en anglais, « qu’on a la fausse impression d’avoir le monde en anglais ».

 

Anna Webber de United Agents pense ainsi que, du fait de l’universalité de l’anglais : peu de professionnels de l’édition britannique connaîtraient assez bien les langues étrangères pour pouvoir y déceler eux-mêmes les pépites littéraires. James Tennant précise que le fait d’être publié en anglais ne suffit pas à assurer une carrière internationale. Il admet que le recours à un traducteur peut augmenter les coûts de publication, que des subventions à la traduction ne les rendent pas insurmontables. 

 

Tout commencerait à l’école, selon Ann Morgan, auteure du blog A Year of Reading the World. La blogueuse s’est fixée l’objectif de lire 196 titres d’autant de pays différents. Une façon de voyager, qu’elle regrette de voir moins pratiquée par les écoliers britanniques que par les enfants d’autres pays.

 

(via TheGuardian)