Les cadeaux ratés, revendus sur internet dans la joie et la déculpabilisation

Victor De Sepausy - 26.12.2017

Edition - Economie - vente cadeaux noel - internet vente cadeaux - ebay priceminister cadeaux


Avec l’essor des marketplaces, la revente des cadeaux reçus pour Noël se démocratise. Et plusieurs opérateurs jouent, surfent et insistent sur cette tendance. Bien entendu, la communication sur leurs marques se fait alors à moindre prix : pour ces opérateurs web, valoriser leur service de mise en relation des clients, devient un classique. Les marronniers glacés, c’est un plat d’époque.



Yogesh Mhatre, CC BY 2.0

 


Ce 26 décembre, Rakuten-PriceMinister déclenchait les hostilités médiatiques. Le groupe japonais annonce attendre 3 millions d’articles mis en vente, d’ici au début des soldes. La revente sur le net, sans attendre, commente le président Olivier Mathiot, pour qui les Français veulent avant tout écouler les stocks rapidement.

 

Une étude, chargée de légitimer la démarche et d’apaiser la culpabilité des internautes, avait anticipé la période des fêtes : 46 % des Français ont déjà revendu, ou envisagent de le faire, et principalement les 18-34 ans, qui grimpent à 62 %. L’enquête Opinionway produite mi-décembre pour Rakuten faisait également apparaître que le livre est dans le top 5 des cadeaux les plus vite refourgués sur la toile. 

 

 

 

Et si l’on revend, c’est avant tout parce que le cadeau ne plaît pas, pour 61 % des répondants – ou qu’on l’a reçu en double, pour 60 %, ou tout simplement que l’on n’en a pas l’utilité, pour 43 %. Pour rester dans le domaine du livre, les quatre tendances de vente qu’observe Rakuten sont les suivantes, 

 

• De nombreuses BD : Valérian, Spirou, Jolly Jumper, etc. [NdR : l'absence d'Astérix est tout de même assez étrange... faut-il y voir un succès commercial moindre du dernier album ?]

• Jean d’Ormesson, Je dirai malgré tout que cette vie fut belle

• Le Prix Goncourt : L’Ordre du Jour, d’Eric Vuillard

• Le Prix Renaudaut : La disparition de Josef Mengele, de Olivier Guez

 

Gibert Joseph : le marché de l'occasion
“n'est pas nécessairement une manne”

 

Du best-seller, de toute évidence, comme il se doit. Il semble également que 33 % des cadeaux revendus proviennent de la famille éloignée. « À l’inverse, les cadeaux les moins revendus sont ceux offerts par les parents (6 %), les frères et sœurs (4 %), les enfants (4 %) et enfin les conjoints (2 %) », poursuit le groupe.

 

 


Le son de cloche est identique chez eBay, pour qui 42 % des Français revendiquent leurs cadeaux – dixit une autre étude de Kantar TNS. Et la responsable des ventes particuliers, Nathalie Vuaillat, d’affirmer : « Près de 1 Français sur 3 serait ravi si l’un de leurs proches revendait le cadeau qu’ils ont offert pour acheter un objet qui leur fait plus plaisir. » La culpabilité est mauvaise conseillère...
 

Bercy épingle la marketplace d'Amazon,
aux conditions “déloyales”

 

eBay met d’ailleurs bien plus l’accent sur ses offres de services, pour encourager les revendeurs novices à se lancer. Et quelques conseils supplémentaires pour garantir le bon déroulement de la vente.  

Ce que ce phénomène qui revient au lendemain de Noël, avec la ponctualité des hirondelles en dit cependant long sur notre manière d’offrir, et de connaître ceux à qui l’on offre. Mieux vaudrait ne pas faire de cadeaux, plutôt que d’abonder dans le sens des revendeurs ?




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.