Les cartes de bibliothèques touchent du bois pour l'avenir

Antoine Oury - 30.06.2014

Edition - Bibliothèques - bibliothèques publiques - carte d'usager - bambou


La bibliothèque publique de San Rafael, en Californie, est particulière fière de s'autoproclamer « premier établissement au monde à proposer une carte de bibliothèque en bambou recyclable ». Un geste envers les pandas, l'environnement, mais aussi une remise en cause du traditionnel rectangle de plastique. Que certains professionnels souhaiteraient abandonner.

 

 

 

La création de ces cartes est assurée par la société Grovemade, qui a fait un geste tarifaire pour les établissements publics, même si ces cartes sont un « un peu plus chères » que celles faites de plastique, admet l'établissement sur son site. Toutefois, il promet qu'elles sont aussi résistantes que celles faites de plastique.

 

Certains bibliothécaires voudraient simplement la voir disparaître : faire fabriquer les cartes réclame du temps, de l'argent, et des délais gênants pour les usagers. De plus, l'impérieuse nécessité de disposer d'une carte de bibliothèque pour accéder à certains services, comme l'accès aux ordinateurs et à Internet, prive certains publics de ressources.

 

En effet, un justificatif de domicile, outre des documents attestant l'identité, est requis pour créer la carte de bibliothèque. Or, la majorité des publics venant chercher une connexion Internet dans les établissements sont parmi les plus précaires, et n'ont généralement pas de justificatif de domicile, puisqu'ils vivent dans des hôtels, chez des proches, ou dans la rue.

 

En outre, pour les usagers réguliers, la saisie du nom dans les logiciels de l'établissement suffit à l'enregistrement des emprunts et retours...