Le 24 septembre prochain, la maison d’enchères Julien’s Auction va mettre en vente… les cendres de Truman Capote. Stockées dans une boîte japonaise sculptée, elles sont pour le moment estimées à 2000 $. Jusqu’à présent, elles sont détenues par Joanne Carson, l’épouse de l’animateur de télévision Johnny Carson, ancien ami proche de Truman Capote. D’autres biens ayant appartenu à l’auteur seront également mis en vente.

 

 

 

Dans un premier temps, la succession de Joanne Carson ne savait pas quoi faire des cendres de l’auteur de I Remember my Granda (trad. française de Patrice Repusseau sous le titre Un Eté indien, paru en 1943 aux éditions Bibliothèque étrangère). Ils ont finalement décidé de les inclure à la vente aux enchères Icons & Idols: Hollywood Auction du 24 septembre prochain.

 

« Avec quelques célébrités, ce ne serait pas de bon goût, mais je suis sûre à 100 % qu’il [Truman Capote, NdR] aurait apprécié l’idée », explique Darren Julien, président de Julien’s Auction dans une interview accordée au Guardian) « Il aimait lire son nom dans la presse. Je pense qu’il aurait aimé savoir qu’il fait toujours les gros titres aujourd’hui » poursuit-il. « Truman avait dit à Joanne qu’il ne voulait pas que ses cendres stagnent sur une étagère » donc la vente aux enchères « est un moyen d’honorer sa demande » continue-t-il. 

 

Selon Darren Julien, c'est la première fois que des cendres humaines seront vendues aux enchères, ce qui renforce le caractère inédit de cette vente. 

 

D'autres affaires ayant appartenu à l'auteur sont aussi mises en ventes. Les habits qu'ils portaient lorsqu'il est mort sont estimés entre 1000 et 2000 $. Sa collection de livres personnels est estimée entre 300 et 500 $. D'autres accessoires (estimés entre 150 et 300 $), chapeaux (estimés entre 300 et 500 $) ou encore boîtes de médicaments et pilules (estimées entre 300 et 500 $) seront aussi vendus le 24 septembre prochain. 

 

L’auteur Truman Capote est né le 30 septembre 1924 à La Nouvelle-Orléans (Louisiane, États-Unis). Enfant, sa mère le confie à ses cousines et leur frère. Il vivra ainsi à Monroeville, où il fera la connaissance d’Harper Lee, qui fera d’ailleurs référence à Truman Capote dans son roman To Kill a Mockingbird (Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, trad. française de Germaine Béraud aux éditions Le Livre contemporain, paru en 1961).

 

Il retourne vivre à New York auprès de sa mère en 1933. Fraîchement diplômé de la Franklin School, il devient pigiste pour le New Yorker. En 1943, il publie sa première nouvelle, Les murs sont froids, suivie d’Un vison à soi et Le Contour des choses

 

Il publie son premier roman, Other Voices, Others Rooms (trad. française de Maurice-Edgar Coindreau sous le titre Les Domaines hantés, paru en 1948) chez Random House. C’est un succès : il reste neuf semaines des meilleures ventes du New York Times. Il écrit The Grass Harp (trad. française de Maurice-Edgar Coindreau  sous le titre La Harpe d’herbes, paru en 1951).

 

En 1958, il publie Breakfast at Tiffany’s (trad. française de Germaine Beaumont, parue en 1962 aux éditions Gallimard sous le titre Petit déjeuner chez Tiffany). L’un de ses plus grands succès reste le roman In Cold Blood : A True Account of a Multiple Murder and Its Consequences, trad. française de Raymond Girard en 1966 aux éditions Gallimard sous le titre De sang-froid