Les civilisations de Guéant : Césaire, Montaigne et Voltaire en renfort

Clément Solym - 08.02.2012

Edition - Société - Claude Guéant - Césaire - Serge Letchimy


Mardi, la « polémique Guéant » a monté d'un cran. Le député de Martinique Serge Letchimy, apparenté socialiste, a entraîné un clash spectaculaire à l'Assemblée nationale, en comparant les propos de Guéant aux idéologies nazies, invoquant tour à tour Montaigne, Condorcet, Voltaire ou encore Césaire. 

 

Serge Letchimy a accusé Claude Guéant, qui a récemment déclaré que « toutes les civilisations ne se valent pas », de ramener jour après jour « à des idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration au bout du long chapelet esclavagiste et colonial », 


 


« Montaigne disait "chaque homme porte la forme entière d'une humaine condition". J'y souscris. Mais vous, monsieur Guéant, vous privilégiez l'ombre », a déclaré Serge Letchimy, avant d'ajouter dans un entretien sur LCP que les philosophes des Lumières avait déjà « suffisamment condamné ce type de propos pour qu'on ne puisse pas condamner ce type de processus ».


Le député a dénoncé une « démagogie » du gouvernement, certainement soucieux de rafler les voix d'extrême droite pour la présidentielle, alors que les librairies n'en finissent pas de publier des livres analysant la montée des idéologies xénophobes reprises par une droite populiste dans les pays occidentaux (notre actualitté et encore ici).  

 

 


« C'est un jeu dangereux, une démagogie qui est inacceptable. Il existe une autre France, celle de Montaigne, de Condorcet, de Voltaire, de Césaire ou d'autres encore », a poursuivi Serge Letchimy, qui a d'ailleurs servi de modèle pour l'un des personnages de Texaco, le roman de Patrick Chamoiseau, couronné en 1992 par le prix Goncourt.

 

Face à l'intensité de ces propos, pas de réponse du gouvernement, réduit à l'aporie ? Tous les ministres, au signal de Fillon, ont quitté l'hémicycle, suivis par des députés de l'UMP et du Nouveau centre, avant que le président de l'Assemblée nationale ne finisse par suspendre la séance, évitant ainsi gentiment à Guéant de répondre.


 

C'en est de trop pour la droite, qui a demandé à François Hollande de présenter des excuses dès le lendemain de l'incident.

 

«Dans l'indécence et l'insulte, le PS de François Hollande n'a plus aucune limite», s'est énervé Jean-François Copé. Les propos de Letchimy « salissent » le débat politique pour Valérie Pécresse.

 

Mais des socialistes se sont empressés de défendre Serge Letchimy :

 

« L'ancien maire de Fort-de-France, successeur à ce poste d'Aimé Césaire, a poussé le raisonnement jusqu'au bout en demandant si la civilisation c'était aussi l'esclavagisme, le colonialisme et le nazisme, et en indiquant que les discours comme celui de Guéant y menaient tous les jours », explique le conseiller régional PS en Ile-de-France, Pierre Kanuty, dans une note publiée par le + Nouvel observateur, revenant sur les propos du ministre de l'intérieur sur les civilisations.

 

François Hollande a quant à lui défendu Serge Letchimy dans le JT de France 2 hier soir, en le présentant comme «un homme blessé» et «humilié» par les propos de Guéant, qui ne sera d'ailleurs par reçu par les élus de gauche en Martinique et en Guadeloupe, où il doit se rendre la semaine prochaine.