Un éditeur recourt au crowdfunding pour acheter des livres et les détruire

Nicolas Gary - 07.08.2015

Edition - Les maisons - court récit - roman américain - financement participatif


Les levées de fonds à travers de multiples solutions de crowdfunding ont fait le bonheur de milliers de créateurs. Impliquer le public dans le financement d’une œuvre permet de mesurer le degré de popularité, et d’obtenir le montant nécessaire à sa réalisation. Mais la maison Globo Books vient de subir un vilain revers de fortune, contrainte de lever de l’argent... pour détruire un livre.

 

 

 

La campagne se présente volontairement avec une approche provocatrice. Globo Books veut « sauver le roman, censé être le fondement de l’art occidental et de la pensée ». Et qui menacerait donc tant ce format ? Eh bien, les petits livres, qui prolifèrent et se propagent, au détriment d’œuvres de longue haleine. Plus spécifiquement, c’est une maison d’édition que Globo Books attaque : Nouvella Books.

 

Ce dernier propose des ouvrages « de pur plaisir », et de petite taille. « Aidez-nous à préserver l’avenir du Grand Roman Américain et finissons-en avec l’émergence d’œuvres types romans qui tiennent dans la poche de “fiction littéraire” », poursuit Globo Books. Considérant que l’émergence de ces livres minuscules devient un danger pour la pensée, l’éditeur choisit donc de lever des fonds pour détruire ces bouquins de 10 à 40.000 mots, sans aucune consistance selon la maison. 

 

Sa campagne est rondement menée et vise à lever 25.000 $ – sauf qu’il ne reste que 25 jours de campagne, et que seuls 1556 $ ont été récoltés, au moment où nous écrivons cet article. 

 

 

 

« Avec votre aide, nous allons restaurer les valeurs littéraires du lecteur américain en assurant que de longs et difficiles romans, écrits par de grands hommes de notre temps, une fois encore, dominent le paysage littéraire », poursuit Gobo Books. Délicieusement scandaleux. 

 

Actuellement, Nouvella Books propose la précommande de ses deux prochains ouvrages, Ciao, Suerte d’Annie McGreevy et One Day Soon Time Will Have No Place Left to Hide, de Christian Kiefer. C’est ici, précisément, que Globo Books intervient.

 

Les sommes devront servir à acheter les livres de l’éditeur Nouvella Books, et les participants recevront un kit destiné à les détruire, tout simplement. Le 14 novembre 2015, tout le monde sera alors invité à partager sur les réseaux et médias possibles la destruction méthodique de livres mis à mort.

 

« Cela peut être une photo de vous jetant les livres à l’arrière de votre yacht [...] assis pour les manger avec fourchette et couteau [...] habiller les livres comme dans le casting de Game of Thrones, pour rejouer la scène du Red Wedding. » Pour les profanes, il s’agit d’une séquence des plus violentes de la série, puisqu’une bonne partie de la famille Stark, personnages particulièrement appréciés des fans, se font massacrer velu, velu. Certainement l’un des moments les plus gores... 

 

La grande question restera de savoir si les conditions d’utilisation de la plateforme Kickstarter autorisent ce projet. Et comme a priori, cela n’a rien d’une blague, les participants ne seront pas du tout pris en défaut. 

 

Du côté des réseaux, on ignore encore si c’est du lard ou du cochon : Nouvella Books a diffusé un message : 

 

 

 

Alors que de son côté, Globo Books porte avec ferveur son projet : 

 

 

 

 

 

Le tout associé à un site qui semble vraiment sérieux. Le doute reste de rigueur...