Les créanciers s'opposent à la demande de délai de Borders

Clément Solym - 30.05.2011

Edition - Economie - borders - dettes - créanciers


Un repreneur anonyme serait annoncé (notre actualitté), mais Borders est actuellement dans une situation inextricable.

Des dettes

Les librairies Borders ont cent quatre-vingts millions de dollars de dettes. Depuis février, elles suivent la procédure du Chapitre 11, laquelle a pour objectif de restructurer l'entreprise, sous le contrôle du Tribunal des faillites. Un plan juste et équitable doit être présenté aux créanciers dans un délai de cent vingt jours.


Absence de consensus

Les créanciers ont proposé une ébauche de programme, mais le groupe débiteur l'a rejetée. Le Tribunal a allongé la période de réflexion de Borders, puis la chaîne de librairies a demandé de différer l'échéance au 16 juin. Les créanciers s'opposent à cette prolongation, qu'ils jugent infondée ; ils estiment improbable que les magasins trouvent un acquéreur dans les trente à soixante jours.

Borders a également suggéré de mettre fin au contrat qui la lie à Seattle’s Best Coffee ; la chaîne de librairies fournirait les mêmes services alimentaires aux clients, car cette activité complémentaire serait rentable. Mais Starbucks Corp refuse l'accord, au nom du droit à la propriété intellectuelle et pour protéger les secrets commerciaux.

Le juge Martin Glenn étudiera les arguments de chaque partie durant l'audience du 2 juin. (via Publishers Weekly)