Les dernières paroles écrites par Kurt Cobain, des mots d'adieu

Antoine Oury - 17.01.2014

Edition - Société - Kurt Cobain - Nirvana - dernière lettre


Si l'histoire de Kurt Cobain a connu un accélération rapide depuis la scène grunge et rock de Seattle aux studios de MTV, sa fin fut tout aussi brutale. À 27 ans, le jeune homme se suicide en effet d'une balle dans la tête, laissant sa femme Courtney Love et sa fille Frances. Avant ce geste, il rédige une dernière lettre, d'adieu.

 


Kurt's Bench

Banc dédié à Kurt Cobain, Viretta Park, Seattle (Etsy Ketsy, CC BY-SA 2.0)

 

 

L'ultime lettre manuscrite de Cobain est adressé à « Boddah », un ami d'enfance imaginaire qu'il s'était fabriqué : à tout seigneur tout honneur, le texte commence par évoquer la musique, et le rapport que Cobain a développé avec elle. Parti de la scène grunge, pour laquelle la notion commerciale est bannie, le leader de Nirvana a dû « supporter » le succès du groupe, qui culmine avec la diffusion de clips sur MTV, sans oublier la fameuse session Unplugged.

 

« Par exemple, quand nous sommes dans les coulisses, que les lumières s'éteignent et que le grondement de la foule commence, cela ne me fait pas le même effet que pour Freddy Mercury, par exemple, qui semble apprécier cela », explique-t-il.

 

Le chanteur évoque une tristesse permanente, qui serait consécutive d'un surplus important « d'amour pour les autres ». L'empathie semble être au coeur des préoccupations de Kurt Cobain, et ressentir un attachement particulier à l'humanité, notamment par Courtney Love et sa fille Frances, le déchire par rapport aux bouffées de mélancolie et de haine qui le traversent.

 

« Je ne ressens plus la passion nécessaire. Et souvenez-vous : il vaut mieux se consumer franchement plutôt que s'éteindre à petit feu », termine Cobain, avant d'écrire quelques encouragements à Courtney Love, l'invitant à « continuer, pour Frances, pour son existence qui sera beaucoup plus heureuse sans moi ».

 

 

 

 

 Une citation que le blondin avait empruntée à Neil Young :

 

 

(via Open Culture)