Librairie La Hune : hommage avant fermeture

Cécile Mazin - 13.05.2015

Edition - Librairies - librairie Paris - La Hune librairie - dessinateurs hommage


YellowKorner, le repreneur de la librairie la Hune pourra bien faire ce qu'il veut de ce lieu, l'établissement laissera une trace. Maison d'édition française de photographie d'art, YK pourra profiter d'un dernier coup d'éclairage sur la librairie germanopratine, lancé par le groupe d'artistes Urban Sketchers Paris.

 

 

Crédit B. Lannaud Levy 

 

 

Ce 12 juin, ils étaient une douzaine à s'être réunis pour rendre hommage et « immortaliser La Hune », qui fermera ses portes le 14 juin. 

 

 

 

Finalement, il s'agira malgré tout d'une forme de retour aux sources pour La Hune, fondée en 1949 par Bernard Gheebrant, qui était lui-même libraire et galeriste d'art. Une pétition lancée voilà un mois continue de demander à Antoine Gallimard de ne pas fermer l'établissement.  

 

Car, comme le dirait l'un de vos auteurs, La Hune est un lieu de mémoire. Voilà soixante-cinq ans que la librairie ajoute ses rayons au rayonnement de Saint Germain des Prés. Elle ferme et d'un coup, Saint-Germain pâlit, Saint-Germain pâtit, et Paris itou.

     Parce que nous la fréquentons, parce que nous l'aimons, La Hune nous appartient, à nous aussi. Aussi nous la défendons. Que surtout elle ne devienne pas cette pseudo librairie qui n'aura des livres que pour la galerie : un drugstore en plus vide ! une boutique Dior en plus mort !

 

 

Le groupe d'artistes s'est spécialisé dans les représentations de paysages urbains et de scène de la vie parisienne. Pour la Hune, on pourra notamment retrouver les réalisations en noir et blanc de Constance Clavel.