Les distributeurs de livres, ou la bibliothèque omniprésente

Antoine Oury - 20.08.2014

Edition - Bibliothèques - IFLA WLIC 2014 Lyon - distributeurs de livres - PIK Inc Fred E. Goodman


Pendant près d'une semaine, les bibliothécaires du monde auront disserté et réfléchi sur les moyens d'adapter leur métier à des usages et des sociétés sujets aux mouvements. Les distributeurs de livres, par leurs aspects ludique et pratique, ont essaimé dans les librairies américaines. Mais la société PIK Inc. les propose aux bibliothèques, pour une utilisation encore plus pertinente.

 


IFLA WLIC 2014

La Lending Library de PIK Inc (ActuaLitté, CC BY 2.0)

 

 

C'est un fait désormais connu : la baisse observée de la lecture dans les pays occidentaux n'est pas due à un désamour, mais plutôt à un rythme de vie plus soutenu, ainsi qu'à une multiplication des loisirs "concurrents", qui rendent plus délicat l'accès aux livres. Dans cette optique, la Lending Library de PIK Inc. dispose de solides atouts.

 

La machine, présentée par le président de la société Fred E. Goodman au congrès mondial des bibliothécaires de l'IFLA, a la silhouette d'un distributeur des plus communs. « À l'intérieur, une bibliothèque peut stocker entre 350 et 500 livres, selon les tailles et les épaisseurs des ouvrages », explique Goodman. La Lending Library accueille des livres papier, mais également des DVD, jeux vidéo ou livres audio.

 

« Épicerie, supermarchés, gares, stations de bus, centres de loisirs, maisons de retraite, écoles... Tous les lieux publics que les bibliothèques souhaitent atteindre sont possibles. Ensuite, les livres sont choisis par les bibliothèques selon la démographie du lieu choisi. » Pour retirer un livre, il est bien entendu nécessaire d'être inscrit dans la bibliothèque utilisatrice : un scan de la carte de lecteur, ou une identification par puce RFID, permet d'effectuer son choix avec l'entrée d'un numéro.

 

 

IFLA WLIC 2014

(ActuaLitté, CC BY 2.0)

 

 

Un nouveau modèle de Lending Library a récemment fait son apparition, peut-être un peu plus fragile : il accueille une tablette numérique qui autorise le prêt et le téléchargement de livres et de musique au format numérique, sur un principe similaire à celui des ouvrages physiques. La tablette peut également être installée dans les rayonnages des bibliothèques, permettant « d'accomplir des actions courantes comme la réservation d'un titre, ou le paiement d'une amende. L'objectif, dans tous les cas, est de fluidifier la circulation dans les établissements », détaille Fred E. Goodman.

 

Le réseau utilisé pour le prêt des titres numériques est celui de la bibliothèque, qu'il s'agisse d'OverDrive, de 3M ou d'un autre concurrent. Les machines sont reliées à l'ILS (Integrated Library System, équivalent du SIGB français) de la bibliothèque, et décomptent automatiquement les emprunts de l'usager. L'avantage de la machine est qu'elle pousse l'usager à venir ensuite dans l'établissement, afin de rendre le livre. Cependant, PIK Inc. travaille actuellement sur un système de retour intégré, rendu plus délicat en raison de la taille variable des documents.

 

Toutefois, une solution a déjà été trouvée dans certains lieux, ou PIK Inc a installé des casiers permettant aux bibliothécaires de déposer les livres réservés à distance par les usagers. Ces derniers n'auront plus qu'à taper les 4 derniers chiffres de leur carte de bibliothèque pour retirer leur commande, directement dans le casier. Une colonne Book Return permet de déposer les ouvrages en retour, relevés régulièrement par les bibliothécaires.

 

 

 

 

Le fabricant PIK Inc (PIK pour Public Information Kiosk) propose également des Media Box, qui livrent cette fois les DVD de la bibliothèque. Le tout se présente comme les machines de location d'antan, avec la possibilité de rendre son DVD directement à la machine, ainsi que d'effectuer des réservations à distance, depuis chez soi.

 

Les machines sont vendues aux établissements de prêt, avec une garantie tout compris pour un an, avant paiement des charges pour la solution logicielle et la maintenance les années suivantes. Actuellement, on compte une centaine de Lending Library, et 30 à 40 Media Box aux États-Unis. Courant et connexion Internet sont nécessaires pour faire fonctionner la bête, qui permet aux bibliothécaires de consulter des statistiques d'emprunt et de réservation.