Les DRM ont retardé le secteur de l'ebook de deux à trois ans

Clément Solym - 11.12.2009

Edition - Justice - drm - retard - marche


C'est le sourire pointant au coin des lèvres que l'information suivante nous parvient. Un sourire, parce que le sujet est particulièrement intéressant, mais surtout, nous l'évoquions hier avec une consoeur... Et le constat que l'industrie de la musique a réalisé voilà bientôt deux ans, après avoir collé des verrous numériques sur tout ce qui bougeait, le secteur du livre semble le découvrir avec stupeur.

Historique du DRM et de ses abandons

Permettez un bref retour sur le sujet. En octobre 2008, le président de Sony Pictures Television, John McMahon, expliquait à quel point les DRM augmentaient le piratage, parce qu'ils devenaient synonymes de frustration.

En parallèle, un mois plus tard, c'était au tour de EMI de reconnaître que l'abandon desdits verrous ne faisait pas grossir le nombre de titres piratés, illégalement partagés.

Le secteur du livre ouvrirait les yeux...

Au cours de la conférence internationale de la Publisher Association, qui se déroulait le 10 décembre dernier, un constat amer a été posé par Mark Majurey, directeur de Taylor & Francis. S'il est simpliste de considérer que les DRM ont poussé les gens vers le piratage, cette position reste néanmoins tout à fait valable, précise-t-il. Et en réaction, face à ce marché alors inconnu dans les premiers temps, les éditeurs ont cru bon de poser des DRM sur les premiers fichiers - et pas que les premiers...

Les premiers ebooks reflétaient alors autant les angoisses d'une industrie qui tâtonnait dans un noir complet, que les échos des autres industries culturelles sérieusement impactées par le numérique. Et qui avaient opté pour les DRM pour se protéger.

2009, année zéro

Par mimétisme, le secteur du livre a fait de même. Ce qui a « probablement retardé le développement du marché de l'ebook de deux ou trois ans », explique Mark. Bien sûr, aucune autre solution ne se présentait pour rassurer les éditeurs, alors ils ont poursuivi sur cette lancée plutôt que de décider de les abandonner. Quelques éditeurs ont pris le parti de ne pas en mettre depuis le début, comme ce fut le cas de Springer.

Mais Mark reste optimiste, notant deux choses. Tout d'abord, la législation à elle seule ne pourra pas endiguer le piratage, faisant référence à la future loi Hadopi que l'Angleterre veut s'infliger. Pour arriver à capter l'attention des consommateurs, il faudra avant tout des offres attractives (et une confiance à l'égard de l'utilisateur ?). Selon lui, 2009 restera l'année décisive dans le secteur, tant pour les universitaires que les éditeurs en général...