Les écrivains allemands réclament plus de liberté d'expression

Antoine Oury - 30.10.2015

Edition - Société - écrivains Allemagne NSA - liberté d'expression surveillance - copyright plateforme de vente


Les auteurs membres du syndicat VS, Verband deutscher Schriftstellerinnen und Schriftsteller (Association des écrivaines et des écrivains allemands) ont diffusé une lettre ouverte à l'intention des autorités allemandes et internationales, appelant à une meilleure protection de la liberté d'expression. Le courrier a été lu au Parlement de Francfort, lieu historique qui abrita la première assemblée élue d'Allemagne.

 

Shout

(Garry Knight, CC BY 2.0)

 

 

« Il n'y a pas que la surveillance des États et les services secrets qui mettent en danger la liberté et la démocratie », préviennent d'emblée les écrivains dans leur manifeste. D'autres leviers, moins visibles, mais tout aussi destructeurs, visent directement les libertés : « Il y a aussi l'absence de couverture médiatique, la coupe des moyens de subsistance des artistes par de faibles salaires, ainsi que les attaques directes comme le meurtre, la torture ou l'incarcération. »

 

Comme la Fédération des éditeurs européens avait pu le mettre en avant avec sa campagne CopyrightForFreedom, les auteurs allemands assurent que le copyright reste leur meilleure défense contre les volontés de bâillonnement. En juin dernier, le syndicat VS avait d'ailleurs déjà publié un courrier pour inciter les députés du Parlement allemand de limiter les dispositions de la réforme européenne du droit d'auteur, en calmant les ardeurs de la Commission européenne.

 

Le manifeste reproche l'absence d'une « culture du dialogue », et l'inertie de politiques « enfermés dans un système parlementaire » qui ne réalisent plus la valeur de la parole libre. VS s'en prend également à certaines industries culturelles, promptes à « manipuler le public » dans le sens de « théologies néolibérales, selon lesquelles les faits sont déformés ou simplifiés ».

 

La liberté d'expression est revenue dans le débat public, en Allemagne, avec les récentes déclarations de l'auteur de best-sellers Akif Pirinçci : l'écrivain a déclaré déplorer qu’« en Allemagne, les camps de concentration sont malheureusement hors service », ce qui a conduit ses éditeurs à abandonner l'exploitation de ses ouvrages. Des intellectuels allemands ont réagi, parfois en soutien à Pirinçci, au nom de la liberté d'expression. Le manifeste peut être lu dans son intégralité à cette adresse.