Les écrivains se mobilisent pour la New York Public Library, sous-financée

Clémence Chouvelon - 07.05.2015

Edition - International - Junot Diaz - New York Public Library - Judy Blume


L'écrivain Junot Díaz (La Brève et Merveilleuse Vie d'Oscar Wao, ed. Plon), lauréat du prix Pulitzer en 2008, se fait défenseur de la New York Public Library par le biais d'une lettre. Le réseau de bibliothèques de la ville de New York est victime de coupes budgétaires depuis plusieurs années.  

 

 

Diaz 2012 hi-res-download 2.jpg
 (John D. and Catherine T. MacArthur Foundation CC BY 4.0

 

 

« Les bibliothèques sont l'une des plus grandes institutions américaines — elles n'abritent pas seulement des trésors de connaissance, mais sont également de grands espaces de démocratie », écrit le romancier « Cela me tue de voir qu'à New York, là où se trouve l'un des meilleurs réseaux de bibliothèques du monde — les bibliothèques sont sous financés depuis plus d'une décennie. Il faut que cela cesse. » 

 

La lettre, à l'attention des clients de la bibliothèque, les invite à contacter sans attendre le maire de New York et le conseil de la ville. Un combat que partage la romancière Judy Blume (Pour Toujours, l'École des loisirs), qui a elle aussi écrit une lettre pour mobiliser les lecteurs.  

 

Dès 2013, alors que la NYPL entamait des travaux de restauration et de réaménagement sans précédent, certains s'étaient étonnés de la politique mise en place, incluant l'installation d'une cafétéria... « Le problème est peut-être que vous utilisez des méthodes et des instruments d'analyses qui sont bons pour Starbucks ou Walmart. Pour une collection sur Dickens, vous avez quatre lecteurs par an, est-ce pertinent dans ces logiques ? Vous êtes censé être une bibliothèque de recherche universitaire, avec une vision s'étendant non pas sur deux mois, mais sur deux cents ans », estimait alors un ancien membre du personnel.

 

Depuis, l'établissement a su habituer ses usagers à la présence d'un Starbucks, mais s'est récemment fait épingler pour une gestion des collections assez discutable, après la perte d'un ensemble de livres évalué à 1 million $.

 

(via GalleyCat