Les éditeurs allemands ne paieront pas pour le logo du Spiegel

Antoine Oury - 19.12.2017

Edition - International - Spiegel meilleures ventes - Spiegel logo - édition Allemagne logo


Un front commun des éditeurs vient de se lever, outre-Rhin, pour protester contre la décision du Spiegel, le prestigieux journal, de faire payer la mention de sa marque et de son classement des meilleures ventes. À la recherche de nouvelles sources de revenus, la publication risque de se mettre toute l'édition à dos.


Hamburg Tour - Der Spiegel - Hochhaus
(Christian Kothe, CC BY-ND 2.0)
 
 

Le 7 décembre dernier, Der Spiegel, parmi les hebdomadaires les plus lus d'Allemagne, a présenté un nouveau plan d'économies et de finances. Parmi les mesures, applicables dès le mois de janvier 2018, une a fait bondir les éditeurs : Der Spiegel envisagerait de faire payer les utilisations de son logo et de son classement des meilleures ventes de livres, dès lors que ces derniers sont utilisés par les éditeurs sur leurs ouvrages.

 

En effet, Der Spiegel, comme d'autres publications telles The New York Times, publie régulièrement une liste des meilleures ventes de livres qui sert, il faut croire, d'argument marketing à certains éditeurs. Jusqu'à présent, les ouvrages cités dans la liste du Spiegel se voyaient souvent affublés d'une pastille portant le logo de la publication et signifiant sa présence dans le top.

 

Dès janvier 2018, toutefois, ce macaron ne sera plus gratuit : Der Spiegel a fait appel à la société Harenberg Kommunikation pour mettre sur pied une licence exclusive autour de la marque Der Spiegel, de son classement des meilleures ventes et de son logo. « L'apparition d'une licence survient pour garantir un aspect conforme et distinct du logo, mais aussi pour s'assurer que seuls les titres et auteurs apparus dans le classement des meilleures ventes en sont porteurs », indique Der Spiegel dans son programme économique.

 

Il en coûtera désormais 250 € par livre pour utiliser le logo de Der Spiegel dans les éléments publicitaires, et 250 € supplémentaires pour apposer le sésame sur la couverture du même livre. Un pack premium est disponible, qui doit sans doute proposer une utilisation illimitée pour un forfait conséquent, mais le prix n'est disponible qu'à la demande.

 

L'édition prise à son propre piège ?
 

Les maisons habituées à ce classement des meilleures ventes ont immédiatement poussé de hauts cris : Bonnier, Holtzbrinck et Random House assurent que de telles conditions pourraient déboucher sur une facture estimée entre 250.000 et 1 million € par an...

Chez Random House, Annette Beetz, directrice des ventes et du marketing, assure que les conditions « ne sont pas acceptables », insistant sur les courts délais imposés par Der Spiegel. Pour autant, ce dernier a précisé que les ouvrages et éléments commerciaux et publicitaires déjà en production ne seraient pas concernés par la licence.

 

Selon Uwe Rosenfeld, responsable des développements stratégiques chez Holtzbrinck, les éditeurs et Der Spiegel avaient pourtant discuté en octobre dernier de leur collaboration, et la publication n'avait rien trouvé à redire au modèle dont les bénéfices étaient mutuels, selon l'édition allemande.

 

La crise entre Der Spiegel et l'édition allemande soulève des questions qui touchent au marketing et au productivisme en marche dans le monde du livre : un best-seller l'est-il parce qu'il rentre dans la liste, ou la liste se constitue-t-elle grâce aux éditeurs et auteurs ? Donner les clés des données des librairies à un seul acteur est-il une bonne opération ? Et le classement des best-sellers a-t-il une telle valeur lorsqu'il n'indique « que » les ventes des librairies physiques ?

 

En Allemagne, en tout cas, certains suggèrent de lâcher le tout-puissant Spiegel pour se tourner vers une autre publication, aux exigences moins élevées...


via Boersenblatt, Meedia

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.