Les éditeurs britanniques défendent le copyright à la London Book Fair

Clément Solym - 18.04.2012

Edition - Justice - HarperCollins - London Book Fair 2012 - Publishers Association


HarperCollins a profité de l'inauguration de la London Book Fair pour exhorter le gouvernement britannique à ne pas « amoindrir les lois relatives au copyright », sous peine de menacer l'économie culturelle du pays. Cette réaction fait suite à celle de la Publishers Association, qui a prodigué les mêmes mises en garde à Ed Vaizey, le Ministre de la Culture britannique. Celui-ci venait d'annoncer des modifications des lois sur le copyright, suite à un rapport remis au gouvernement qui en pointe la vétusté. 


Le rapport Hargraves a été commandé par le gouvernement britannique fin 2010, afin d'évaluer l'impact des lois relatives à la propriété intellectuelle sur la croissance et l'innovation des nouvelles technologies de communication et d'information. Six mois plus tard, la « Heargraves Review » est formelle : des modifications du copyright pourraient injecter 7,9 milliards £ supplémentaires dans l'économie britannique.

 


L'étude indépendante recommande un allègement des lois du copyright dans le cadre privée, en autorisant notamment la copie dans un cadre académique, un accès facilité aux oeuvres orphelines, la création du Digital Copyright Exchange, « un magasin en ligne du copyright », mais aussi une législation gouvernementale plus attentive « aux non-détenteurs de droits et aux consommateurs ». « Les recommandations du rapport visent à augmenter le potentiel économique de l'industrie culturelle britannique tout en s'assurant que le développement des entreprises technologiques, et surtout des petites entreprises, ne soit pas entravée dans d'autres secteurs par nos lois sur la propriété intellectuelle » résume l'auteur Ian Hargreaves.

 

Si la Publishers Association a déclaré, par le biais de son directeur Richard Mollet, « soutenir activement la proposition d'une création du Digital Copyright Exchange », elle a également invité le gouvernement « à procéder à une évaluation plus équilibrée de l'impact [des propositions] sur les sociétés prospères ». Les éditeurs ne cachent pas leur peur d'une réforme du copyright qui pourrait porter atteinte à l'exploitation commerciale des oeuvres de l'esprit.

 

Dès l'inauguration de la London Book Fair, Victoria Barnsley, directrice exécutive de HarperCollins à l'international, a entonné le même refrain : « Je suis une fervente partisane d'une solide législation sur le copyright, un élément-clé de la santé économique. Je demande à Ed Vaizey de ne pas faire de compromis avec la législation britannique actuelle sur le copyright, un succès. » Barnsley a également souligné que « pas une seule preuve valable n'a été fournie pour appuyer les assertions » du rapport Hargraves.