Les éditeurs britanniques veulent plus de moyens pour la propriété intellectuelle

Julien Helmlinger - 30.09.2014

Edition - International - Publishers Association - Propriété intellectuelle - Industrie de l'édition


Au Royaume-Uni, la Publishers Association en appelle à davantage de stabilité et de coopération dans les domaines de la propriété intellectuelle. Son président Richard Mollet est notamment intervenu dans un débat, aux côtés de la ministre de la Propriété intellectuelle, la Baronne Neville-Rolfe, dans le cadre de la conférence annuelle du Parti conservateur.

 

 

 

 

Lors de la table ronde, dans le cadre de la conférence se tenant actuellement à Birmingham, Richard Mollet a appelé les futurs élus conservateurs. Il demande à faire cesser les « carrousels de reconsidérations » à propos de la propriété intellectuelle et à « travailler avec l'industrie pour faire prendre conscience aux enfants de la valeur de la créativité et de la propriété intellectuelle ».

 

Selon le discours de Richard Mollet, la question de la propriété intellectuelle constituerait le domaine le plus important de la politique, pour ce qui concerne les industries créatives. En somme, il demande l'aide du gouvernement pour protéger ces entreprises, outre-Manche comme en Europe, mais aussi pour financer la Police IP Crime Unit, ou encore inscrire l'éducation à propos du copyright dans les programmes scolaires.

 

La Baronne, qui n'aura pas manqué d'évoquer les possibles réformes du droit d'auteur à l'initiative de l'Europe, estime que la Commission européenne pourrait s'inspirer du Royaume-Uni. Elle rassure également l'association d'éditeurs en promettant le soutien du gouvernement dans le cadre de ce débat.