Les éditeurs du Canada dans une désagréable situation

Clément Solym - 05.10.2010

Edition - Société - argenta - investir - cooperation


Pris à la gorge par les éditeurs canadiens, ou simplement dans une alternative d'une proposition qu'ils ne pourront pas refuser, pour reprendre la célèbre formule ?

C'est une tradition aux États-Unis : les sociétés investissent une partie de leur chiffre d'affaires annuel dans différents secteurs tiers, et généralement des coopératives, permettant de développer tel ou tel secteur dans le pays. Et depuis quelque temps, Amazon Canada enjoint les éditeurs du pays à prendre part à cette tradition qui n'a rien d'obligatoire pour vendre sur Amazon, rappellent-ils, mais qui est fortement encouragée.

L'ACP a ainsi fait parvenir à Carolyn Wood, sa directrice exécutive, un rapport interne, accompagné de différentes questions sur les intentions du marchand et sa future politique au Canada. « Quand vous parlez avec des clients d'Amazon, ils sont très conscients de si un éditeur a signé ou non, et pour combien de temps ; ils prennent alors leur décision d'acheter en conséquence », explique le rapport.

Et les éditeurs qui prennent part au programme de coopération d'Amazon reçoivent bien plus qu'un gain de visibilité. En fait, le marchand lie plusieurs niveaux de services à cet accord, notamment la possibilité de mettre à jour ses informations plus rapidement. Un principe essentiel, dans l'hypothèse où le site afficherait qu'un livre est indisponible avant plusieurs semaines. Alors que ce n'est pas le cas...

Des négociations ont été entamées avec Amazon Canada autour de ces points, pour savoir quels éditeurs souhaitaient rejoindre le programme de coopération d'Amazon ou non. Et savoir qui voudrait bien dépenser les 3 à 4 % de son chiffre d'affaires annuel dans cette solution. Une situation qui ne met pas furieusement les professionnels en liesse, mais représente un investissement pour continuer à faire du commerce.

Quill & Quire qui rapporte cette situation n'a pas réussi à obtenir beaucoup de réactions de la part des éditeurs. Pas plus que de la part d'Amazon cela dit...