L'édition francilienne, un sérieux poids économique

Cécile Mazin - 29.06.2015

Edition - Economie - édition indépendante - vente livres - franciliens éditeurs


Cela faisait bien longtemps que le MOTif ne se manifestait que discrètement, et l’Observatoire du livre en Île-de-France vient de se rappeler au bon souvenir de chacun avec une enquête sectorielle. Ciblant les éditeurs indépendants franciliens, l’Observatoire met en avant « la multitude et la diversité de ces maisons, mais également leur poids économique significatif ainsi que leur fragilité ».

 

Stand Ile de France

Le stand Île-de-France au Salon du Livre de Paris (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

Avec 75 % de maisons indépendantes sur les 1000 que compte le territoire francilien, l’édition est relativement jeune : 95 % des éditeurs se sont fondés après 1945. Mais dans le détail, on constate que 38 % ont moins de 10 ans, et 17 % ont été fondés après 2011. « Cependant 87 % des maisons dont le CA est compris entre 500 000 et 1 million € ont plus de 10 ans d’existence, 36 % de celles nées depuis 2006 réalisent un CA inférieur à 100 000 €. »

 

Les indépendants sont majoritairement ancrés dans le VIe arrondissement de la capitale – plus de 13 %, mais l’ensemble du territoire reste couvert peu ou prou uniformément. Avec le Ve arrondissement, cela dit, on recense 22,5 % de l’édition indépendante. 

 

Ce sont donc des structures de petite taille, certes, mais dont le chiffre d’affaires cumulé dépasse les 350 millions €. « Si 84 % des maisons d’édition pour lesquelles nous connaissons cette information réalisent un CA inférieur à 1 million € (pour 33 %, il est inférieur à 100 000 € et pour 51 %, il se situe entre 100 000 et 1 million €), le CA cumulé des éditeurs indépendants franciliens avoisine les 350 millions €. »

 

Avec en moyenne 4 salariés par maison, l’IDF regroupe 2225 personnes employées dans l’édition indée, à mettre en relation avec les 13.411 emplois de l’ensemble de l’édition francilienne. 

 

À elles toutes, ces maisons disposaient, en 2014, d’un catalogue de 136.000 œuvres, avec 57 % d’entre elles qui disposent de 100 titres et 87 % qui en compte 500. « Les maisons d’édition indépendantes publient en moyenne 18 titres par an, pour une médiane de 8. »

 

Notons enfin que 70 % de leur chiffre d’affaires provient de la librairie, en moyenne. « En Île‐de‐France, 26 % des éditeurs indépendants sont auto‐diffusés. 74 % emploient donc les services de diffuseurs dont 10 assurent à eux seuls 54 % de la diffusion des ouvrages. » La fin de Calibre, distributeur pour indépendants, en 2011, aura été compensée : 79 % des éditeurs indés font appel à un distributeur.

 

Quant aux bibliothèques, 69 % des maisons y proposent leurs ouvrages, et 27 % mettent en place des actions pour sensibiliser les publics. Dans l’hypothèse où leurs livres ne sont pas disponibles, les éditeurs expliquent que le manque de temps est la première raison, « voire le peu d’impact des démarches qu’ils effectuent. Parfois, ils ne savent comment procéder. »

 

L’édition indépendante en Ile-de-France c’est ainsi :

 

· Près de 75 % des maisons d’édition franciliennes sont indépendantes (740)

· Une vitalité démographique persistante avec 38 % des maisons ayant moins de 10 ans d’existence

· 74 % des éditeurs implantés à Paris, 90 % sur le territoire du futur Grand Paris

· Un statut commercial très fortement privilégié (80 %)

· Le chiffre d’affaires moyen est de 800 000 € mais la médiane s’établit à 200 000 €

· Un CA cumulé estimé à 350 millions €

· 2 225 personnes employées, soit 17 % de l’effectif total de l’édition francilienne

· Un catalogue spécialisé dans 77 % des situations

· Environ 136 000 titres en 2014 (704 000 pour l’édition française dans son ensemble)

 

 

 

 


Pour approfondir

Editeur : Ecole des loisirs
Genre : litterature...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782211220781

Chien Pourri à Paris

de Colas Gutman ; Marc Boutavant

Chien Pourri et son ami Chaplapla en ont assez de jouer au Monopourri sur leur vieille serpillière. Pourquoi n'iraient-ils pas visiter Paris, si un camion-poubelle veut bien les prendre en stop ? A eux les merveilles de la capitale, ils vont toutes les visiter, de Notre-Drame au métropolichien, sans oublier les égouts, bien sûr.

J'achète ce livre grand format à 8 €