Islande : Les éditeurs inquiets à l'idée d'une hausse du taux de TVA

Antoine Oury - 26.09.2014

Edition - Economie - maisons d'édition IPA - taux de TVA - Islande


Dans un communiqué de presse, l'International Publishers Association (IPA) relaie les inquiétudes des éditeurs islandais à l'égard d'une volonté du gouvernement d'équilibrer les taux de TVA, en augmentant le taux réduit, et en réduisant légèrement le taux normal. Les maisons d'édition du pays appellent le gouvernement à renoncer à cette mesure, ou à faire une exception pour le livre, afin de sauvegarder la santé économique du secteur. 

 

 

Isländische Kronen

Des couronnes islandaises (Thierry H., CC BY 2.0)

 

 

Les éditeurs finlandais exprimaient ce matin leur désarroi quant aux ventes de livres numériques faibles dans le pays, d'après eux grevées par un taux de TVA trop élevé sur les ebooks, à 24 %. C'est à présent au tour des éditeurs d'Islande de manifester leur mécontentement à l'encontre d'une mesure gouvernementale, dévoilée il y a quelques jours dans un rapport exécutif.

 

C'est que, statistiquement, une personne sur dix publiera un livre en Islande. Et tout le pays semble s'écrire au travers des livres : les sagas islandaises sont réputées, et depuis le XIIIe siècle, constituent un socle culturel essentiel, racontant la vie des Vikings qui colonisèrent le pays. Mais pas simplement : on trouve sur des bancs, dans les rues, des codes barres, pour écouter une histoire sur son smartphone, durant le temps où l'on s'assoit - et à emporter par la suite avec soi. 

 

Le gouvernement de Sigmundur Davíð Gunnlaugsson, Premier ministre depuis mai 2013, assure vouloir rééquilibrer le taux de TVA, afin de concentrer la fiscalité non plus sur les revenus, mais sur la consommation. À cette fin, il prévoit une réforme de la taxe sur la valeur ajoutée, qui concerne donc les taux, mais également les dérogations accordées en la matière.

 

Cette réforme devrait ainsi faire passer le taux de TVA réduit de 7 à 12 %, tandis que le taux normal devrait être revu de 25 à 24,4 %. Actuellement, la vente des livres papier, audio ou numérique est soumise à un taux de TVA réduit, et le prélèvement fiscal serait donc directement impacté, ainsi que le prix de vente des livres, probablement.

 

« D'un point de vue économique, cette réforme est absurde », attaque Egill Örn Jóhannsson, Président de l'Association des éditeurs islandais, soutenu par Jens Bammel, Secrétaire général de l'IPA. « Une récente expérience européenne prouve que l'augmentation des taux de TVA sur le livre a des effets dévastateurs dans les petits pays. Quand la Lettonie a augmenté le taux de TVA à 21 % en 2009, les ventes ont baissé de 30 % et le nombre de titres publiés de 35 % », assure le communiqué.

 

L'IPA rappelle également que 1000 titres sont publiés chaque année, pour une population de 320.000 habitants, des chiffres qui font de l'Islande le pays où l'édition est la plus florissante. Les deux organisations en appellent à Bjarni Benediktsson, ministre des Finances, et Illugi Gunnarsson, celui de l'Éducation, pour annuler cette mesure, en rappelant que l'Islande fut l'un des précurseurs en matière de fiscalité du livre, avec un taux de TVA harmonisé pour tous les formats.