Les éditeurs se tournent de plus en plus vers le cinéma

Clément Solym - 06.06.2012

Edition - Economie - adaptation - cinématographique - éditeur


Si, par le passé, c'étaient d'abord les producteurs inspirés qui venaient démarcher les éditeurs, on assiste progressivement à la mise en place d'une relation fondée sur l'échange. De plus en plus intéressés par les débouchés offerts à leurs best-sellers, les éditeurs se mettent à démarcher d'eux-mêmes les acteurs du monde du cinéma.

 

Sachant que les grands succès du 7ème Art sont avant tout issus de livres qui se sont très bien vendus, ces deux univers artistiques ont de gros intérêts à davantage tisser des liens. Et c'est bien ce qu'ils font. Aujourd'hui, sur dix sorties, quatre sont des adaptations de livres.

 

Les gros éditeurs se sont dotés d'une cellule commerciale dédiée aux adaptations cinématographiques. Il s'agit d'évaluer les demandes des producteurs mais aussi de démarcher ces derniers.

 

Cependant, sur les 2,8 milliards d'euros de chiffres d'affaires annuel de l'édition, seulement 20 millions d'euros proviennent des droits audiovisuels. Mais, sachant qu'on est souvent dans du gagnant-gagnant, tout le monde a intérêt à développer des adaptations, ces dernières entraînant toujours une hausse des ventes du livre adapté.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.