Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les éditeurs sont "l'un des éléments du plan librairie' (Vincent Montagne)

Antoine Oury - 10.01.2014

Edition - Librairies - Vincent Montagne - Alexandre Tiphagne - fonds d'aide librairie


Le plan de soutien à la librairie indépendante a été lancé ce mercredi 8 janvier, officiellement, et ce sont 11 millions € au total qui ont été confiés à l'ADELC et à l'IFCIC, chargés de les attribuer aux établissements intéressés. Mais, lors des Rencontres nationales de la librairie, cet été à Bordeaux, le SNE avait également annoncé des contributions volontaires exceptionnelles, à hauteur de 7 millions €... 

 

 

Vincent Montagne, SNE

Vincent Montagne, lors des voeux 2014 du SNE (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

Ce montant de 7 millions € avait été calculé, ou du moins estimé, en fonction de la baisse de TVA prévue, qui passait alors de 5,5 % à 5 %. Prévue et un peu trop anticipée, cette dernière devait alors intervenir au début de l'année 2014. Mais, entre-temps, les restrictions budgétaires ont joué et le gouvernement a finalement conservé ce taux de TVA à 5,5 % sur le livre. Interrogé par ActuaLitté, Vincent Montagne soulignait en novembre 2013 :

« On ne peut pas trop se prononcer sur le plan, qui est pour 2014, et il appartiendra aux éditeurs et au bureau de se prononcer sur la façon dont ils interprètent cette opération. On peut dire, quand même, que si la TVA ne baisse pas, l'enthousiasme des éditeurs pour financer les libraires, à partir de la baisse de la TVA, est moins grand. »

Malgré tout, les éditeurs ont entamé leur effort en faveur de la librairie : « Certains éditeurs ont fait des dons fin 2013, beaucoup seront faits en 2014, et certains en 2015, ce qui donne un étalement sur 13 ou 14 mois pour les choses se mettent en place. Ce n'est qu'au bout des versements que nous verrons ce qui a été apporté par les éditeurs. Nous sommes un des éléments du plan librairie », a expliqué à ActuaLitté le président du SNE, lors des voeux 2014.

 

Le ministère de la Culture et de la Communication, dans le communiqué envoyé pour l'officialisation du plan librairie, considère en tout cas comme acquis ce montant de 7 millions €, nonobstant l'absence de baisse du taux de TVA : « La baisse de 7 % à 5,5 % était un premier geste envers les éditeurs, et la balle est désormais dans leur camp, nous avons entendu comme vous les déclarations du SNE en juin dernier, à Bordeaux », souligne Alexandre Tiphagne, chef adjoint de cabinet et conseiller technique en charge du livre au ministère.

 

Visiblement, chacune des deux parties s'entend autour du fait que les reprises de librairies, comme celles du Hall du Livre de Nancy par Gallimard ou la reprise d'autres ex-librairies Chapitre par Albin Michel, ne se substitueront toutefois pas à l'apport volontaire exceptionnel au fonds commun.

 

Vincent Montagne et le SNE espèrent qu'« au moins 20 à 25 des librairies, qui représentaient les 2/3 du chiffre d'affaires de Chapitre seront rapidement reprises, et qu'elles gardent leur rôle dans les régions ». La volonté de les rendre indépendantes est très forte, car « ce sont celles qui marchent le mieux ». En effet, d'après Vincent Montagne, « Virgin et Chapitre ne reflètent absolument pas les performances de la librairie ». Selon les premiers chiffres, les ventes de livre dans l'ensemble des points de vente auraient en effet progressées, de l'ordre de 5 à 20 %, d'après le SNE.

 

Malgré ces résultats globaux encourageants, « l'année 2013 a été assez anxiogène, avec des ventes concentrées sur la fin d'année, et même sur deux week-ends très importants en décembre. Le président du Syndicat de la librairie française [Matthieu de Montchalin, de la librairie L'Armitière de Rouen, NdR] me disait que son expérience, c'est que sur 5000 titres, seulement 700 étaient vendus en plusieurs exemplaires. Une tendance confirmée par Denis Mollat, avec des ventes très qualitatives, très importantes et très larges en matière de références ».

 

Selon Vincent Montagne, le gouvernement doit travailler de concert avec les acteurs du monde du livre pour « aider à ce que la culture du zapping ne soit pas en permanence un obstacle à la lecture ».