Les éditions de la reconquête rééditent un texte antisémite de Céline

Clément Solym - 16.10.2008

Edition - Les maisons - Céline - pamphlet - antisémite


Le pamphlet antisémite de Céline 'Les beaux draps' ne devait plus être réédité. C'est du moins ce que désirait l'auteur qui avait pris cette décision après 1945 pour éviter toute polémique. Sa veuve Lucette Destouches qui a aujourd'hui 90 ans n'a eu de cesse de faire respecter cette volonté.

La volonté de l'auteur n'est pas respectée

Mais voilà les éditions de la reconquête ne comptaient pas laisser ce texte dans l'ombre. Ils ont donc décidé de le rééditer à un tirage de 5010 exemplaires. Pour Philippe Régniez le responsable de la maison d'édition c'est avant tout une question d'intérêt littéraire. Il déclare à cet effet : « il est impossible chez cet auteur de séparer les pamphlets de son oeuvre littéraire, cela peut en chagriner certains, mais c'est comme ça ».

Comme pour réhabiliter l'auteur, il précise aussi : « Le caractère antisémite des textes de Céline est souvent mis en avant pour diaboliser cet auteur, cependant la question est beaucoup plus complexe comme le remarqua fort justement Robert Brasillach dans l'essai (loin d'être favorable à Céline) joint en fin d'ouvrage ».

Pour le bien de la littérature ?

Et pour se mettre hors de portée de toute accusation d'antisémitisme, la maison d'édition a inséré un avertissement dans la réédition des 'Beaux draps' de Céline :

« Il est bien évident que cette publication est d'intérêt purement littéraire. L'auteur, Louis-Ferdinand Céline, est sans conteste l'un des principaux écrivains du siècle dernier, et le texte ici présenté fait partie d'une oeuvre complexe qui mérite d'être étudiée dans son ensemble. Les vues et opinions exposées dans cet ouvrage étaient celles de l'auteur à un moment particulier de l'histoire, et à un moment particulier de son développement personnel. Qu'il soit clair que les éditions de la Reconquête ne drainent aucune idéologie raciste ou antisémite ».

La maison d'édition n'en est pas à son coup d'essai puisqu'elle a déjà réédité « Mea culpa », « A l'agité du bocal », « Écrits de guerre » et « Entretiens avec le professeur Y » d'autres textes du même auteur qui pourraient porter à polémique. Pour l'heure le statut juridique de ce genre de textes n'est pas clairement défini et l'éditeur prend de gros risques en tentant le coup.