Les Éditions L'Age d'Homme perdent Vladimir Dimitrijevic, leur âme

Clément Solym - 29.06.2011

Edition - Société - vladimir - dimitrijevic - editions


La nouvelle est abrupte :« Les Éditions L'Age d'Homme ont la grande tristesse d'annoncer le décès de son directeur, Monsieur Vladimir Dimitrijevic, parti subitement le 28 juin 2011. »

C'est dans un accident de voiture que Vladimir Dimtrijevic est décédé, alors qu'il rentrait de Lausanne vers Paris. Le fondateur des éditions L'Age d'Homme, qui revendiquait comme devise « Une ouverture sur le monde », s'éteint à l'âge de 77 ans.

« De nationalité serbe, et vivant en Suisse, Vladimir Dimitrijevic, né en 1934, était un passeur, qui avait quitté sa Yougoslavie natale à vingt ans pour s'établir en Suisse où il a très vite eu l'objectif de faire connaître la littérature des pays de l'Est », précise la maison d'édition à l'AFP.


Depuis 1966, les éditions L'Age d'Homme ont publié nombre d'auteurs, avec un catalogue aujourd'hui de 4500 titres, dont certains signés de Vladimir Dimitrijevic.

« Avec cette disparition, L'Age d'Homme perd non seulement son fondateur, mais aussi celui qui a été l'âme de la maison pendant quarante-cinq ans », indique la maison sur son site internet.
C’est sans doute à L'Age d'Homme que nous devons de ne plus réduire la littérature russe aux seuls noms de Dostoïevski , de Tolstoï ou de Gorki. Grâce à la collection "Classiques Slaves" , les lecteurs ont pu découvrir les oeuvres majeures du symbolisme russe, celle d’André Biely (Pétersbourg, La Colombe d’Argent, Kotik Letaiev), d’Ossip Mandelstam, d’Alexandre Blok ;

des auteurs aussi considérables que les Polonais Witkiewicz ou Ladislas Reymont ; les écrits esthétiques de Malévitch, les essais et les romans de Zamiatine, de Leskov ou de Boris Pilniak. De Ivo Andritch et Dobritsa Tchossitch aux chefs-d’œuvre d’Alexandre Zinoviev, la collection "Classiques Slaves" qui compte aujourd’hui plus de 500 titres, a permis de faire connaître un immense patrimoine littéraire que le "réalisme-socialiste" n’avait pas réussi à étouffer.