Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Les éditions La Renverse, la poésie entre strass et paillettes

Elodie Pinguet - 05.04.2017

Edition - Les maisons - Editions La renverse - Livre Paris - textes poétiques


Petite maison d’édition normande basée à Caen, La Renverse propose des œuvres à la fois décalées et brillantes – comprendre ici littéralement pailletées. D’abord spécialisée en poésie, la maison s’ouvre maintenant aux romans, avec des textes restant néanmoins très poétiques. Nous avons rencontré l’éditeur Franck Achard.

 

 

 

Des livres aux couvertures dorées ou argentées qui ne semblent pas très droits... tout est normal, vous êtes aux éditions La Renverse. Son éditeur le signale d’un air amusé « Vous avez remarqué, ils sont coupés de travers ». Pour faire simple, « quand vous le posez dans votre étagère, il vient à la renverse, vers vous ». Une façon de mettre à l’honneur le livre objet.

 

Les éditions La Renverse sont nées en 2015 d’une collaboration entre trois amoureux de littérature. Franck Achard, également auteur, travaillait sur un projet en résonnance avec une pièce de théâtre, À la renverse de Karin Serres. 

 

À cette époque, les associés étaient à la recherche d’un nom pour leur maison : « Je me suis dit que la renverse, c’était un beau mot. C’est ce moment où la mer change de direction. Et ce projet pour moi c’était aussi un changement de direction puisque je me tournais vers l’édition ». Un mot à la fois « simple et qui amène plein de sens ».

 

Des livres Bling Bling et poétiques

 

Le code couleur est simple. En doré, c’est la pure poésie : « On est des grands amoureux de poésie, on aime son côté ciselé, un peu précieux. On s’est dit qu’il fallait lui faire un petit écrin, comme si c’était un bijou. »

 

Ils ont lancé en février 2017 leurs deux premiers romans. Et qui dit nouveau genre, dit nouvelle couleur, plutôt argentée. Pour American Requiem, de Jean-Christophe Buchot, elle tire sur le noir pailleté, tandis que Des Noces rêvées ne meurent pas de Jean-Pierre Cannet est un livre franchement argenté. Du roman oui, mais « toujours sur des écritures poétiques. On veut faire la part belle à la métaphore et à l’écriture ciselée ».

 

La maison joue avec la poésie, qu’elle affectionne, et ce côté livre-objet qui intrigue. Elle veut « redonner le goût de la poésie aux gens qui auraient perdu le contact avec ce genre littéraire ». Sur leurs livres dorés, il n’est pas fait mention du mot poésie, ainsi « tout le monde peut se sentir autorisé à les ouvrir ».

 

Revenons au plus étonnant : les livres sont de travers. Sur la couverture, le texte à l’air de pencher, mais une fois posé, tout redevient droit. Pour la maison, la mission fut de trouver un imprimeur acceptant de couper les livres différemment. Pour la plupart, « ça leur paraissait très bizarre. » Mais heureusement, un imprimeur « un peu plus déluré que les autres » a suggéré l’idée de mettre une cale au moment du découpage. Ainsi c’est le livre qui est de travers et pas la machine. Un travail assez long tout de même, « il nous maudit quand il doit couper nos livres ».

 

Des mélanges tout aussi audacieux

 

Côté tirage, La Renverse imprime ses livres dorés à environ 500 exemplaires, tandis que les romans bénéficient d’un tirage entre 1000 et 1500 exemplaires. Ils sont diffusés dans une centaine de librairies, très largement en Bretagne, Normandie, Pays de la Loire, un peu plus rarement dans les autres régions.

 

Avec une telle importance mise dans le livre objet, il paraîtrait difficile de se lancer dans le livre numérique, du moins pour la poésie. Car avec leur récente ouverture au roman, Franck Achard a quelques idées. Étant également comédien, il fait parfois des lectures d’American Requiem avec un ami musicien : « c’est intéressant de mélanger l’écriture poétique et la musique électronique ». Alors tendez l’oreille, peut-être verrons nous bientôt un livre audio La Renverse qui brillera, non par sa couleur, mais par sa musique.

 

À La Renverse, on défend ainsi une ligne éditoriale poétique, dans des textes délirants, parfois un peu fous, mais toujours des textes profonds, une « poésie qui nous parle directement ». Une petite équipe, un éditeur et un graphiste, qui a l’espoir de réaliser de grandes choses avec pour mot d’ordre, l’originalité.