Les éditions Le navire en pleine ville mises en cale sèche

Clément Solym - 05.08.2009

Edition - Les maisons - éditions - navire - pleine


« Voilà. On aura cherché une porte de sortie jusqu’au bout, mais il y a un moment où il faut bien faire face à l’inévitable. Le Navire ferme ses cales pour de bon. »

C'est assez triste, en plein été, d'apprendre qu'une autre maison indépendante ferme ses portes, mais la maison Le navire en pleine ville a officialisé la nouvelle le 24 juillet dernier : « mergitur ». Diantre...

En mai dernier, pourtant, un sursaut laissait l'espoir que le navire puisse « reprendre la mer ». Un espoir mince, mais qui n'aura pas été concrétisé. « Si nous tenons à faire perdurer les collections qui nous ont valus d’être remarqués pour la qualité du travail accompli, il nous faut absolument ouvrir de nouvelles pistes, adapter notre diffusion, diversifier notre catalogue pour sortir des contraintes liées à notre spécificité actuelle et trouver un nouvel angle pour installer et faire perdurer la maison », notait alors l'éditrice Hélène Ramdani.

Parmi les auteurs publiés, nous noterons la présence d'Irène Delse, qui nous aura plusieurs fois fait le plaisir de publier quelques-unes de ses réflexions dans nos colonnes, et qui n'a pas manqué de réagir à cette situation aujourd'hui même. L'un d'eux, intitulés Hadopi pour les livres, ou le photocopillage assassin aura été particulièrement apprécié par nos lecteurs. Merci à elle de nous avoir avertis d'ailleurs de cette fin de voyage.


« Que va-t-il se passer à présent ? Diverses choses. Chacun va essayer de rebondir. L’éditrice se tourne vers de nouveaux projets, les auteurs reprennent leurs manuscrits inédits sous le bras pour leur trouver un foyer accueillant. Affaire à suivre », annonce-t-elle tout simplement sur son blog.

Chez LivresHebdo, on rappelle que la diffusion-distribution, qui semblait faire partie des points majeurs du futur développement de la société, était assurée par Belles Lettres.