Les éditions PUF et Belin regroupées sous l'égide du réassureur Scor

Cécile Mazin - 20.07.2016

Edition - Economie - editions sciences humaines - Belin PUF Scor - numérique manuels livres


Le rapprochement impliquant les éditions Belin et PUF à travers le réassureur français Scor pourrait aboutir prochainement. Les comités des deux entreprises sont amenés à se prononcer : celui des PUF s’est déjà prononcé, celui de Belin dispose d’un délai plus long – et pourra aboutir fin juillet. Cette dernière rassemblerait alors les éditions PUF et Belin.

 

Belin - Salon du Livre de Paris 2015

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

 

Un regroupement de grande envergure

 

Dans son édition, Le Monde assure que les négociations pourraient aboutir fin juillet. Scor est par ailleurs impliqué dans la structure Gutenberg Technology – à la hauteur de 46 %. Société dédiée à la métamorphose numérique des ouvrages, elle a déjà travaillé avec Belin. 

 

Cité par nos confrères, François de Varenne, directeur général de Scor, assure que PUF comme Belin « connaissaient des difficultés, car elles n’avaient pas atteint la taille critique ». Une reprise n’impliquerait aucunement des modifications de la ligne éditoriale des structures, mais plutôt d’une mutualisation de fonctions supports. Le projet se déroulera en trois points : 

  • • renforcement des marques éditoriales, qui sont au coeur du projet. 
  • • pour des questions de taille et de moyens et des services généraux et des services supports seront mutualisés (concernant les services de production, distribution, informatique, diffusion, juridique, etc.)
  • • la fusion se fait dans un but de développement : elle s'opérera sans licenciement, et toutes les équipes seront intégrées (développement et non diminution d’effectifs)

 

La perspective reste d’atteindre un équilibre d’exploitation, assure-t-on, constatant que les deux entreprises ont déjà connu une amélioration visible. Pour Denis Kessler, PDG de Scor, il importe surtout que « l’édition du savoir et de la connaissance certifiée retrouve des couleurs et regagne du terrain auprès d’un public le plus large possible ».

 

Le développement du numérique dans le secteur des sciences humaines compte parmi les enjeux majeurs. « En 2015, 2 % des Français ont acheté un livre numérique. La répartition du chiffre d’affaires de l’édition numérique montre la place importante de la littérature, proche de 20 %, et surtout celle des sciences humaines et sociales avec 62,2 % (dont l’édition juridique représente 90 %) », rappelait le Syndicat national de l’édition dans son rapport annuel.

 

En terme de management, Sylvie Marcé deviendrait directrice générale des deux structures ainsi fusionnées tandis que Frédéric Mériot, à la tête, aujourd’hui, de PUF, prendrait le poste de directeur général délégué. Monique Labrune conserverait son poste de directrice éditoriale.

 

Retrouver les données statistiques du livre numérique en France

 

 

Cet article a été mis à jour parce qu'il contenait des éléments erronés