Les élections syndicales dans l'enseignement supérieur laissent le Snesup-FSU en tête

Clément Solym - 20.04.2010

Edition - Société - élections - personnel - universités


Les élections au sein du Comité technique paritaire des personnels de statut universitaire (CTPU) ont donné le Snesup-FSU en tête avec 43,6 % des voix (contre 39,67 % en 2006). Ce vote donne donc sept sièges au syndicat majoritaire.

Il faut garder à l’esprit que le CTPU, composé de 15 représentants du personnel et de 15 représentants de l’administration est amené à se prononcer sur les statuts des enseignants chercheurs.

Ces résultats restent tout de même assez relatifs quand on connaît le taux de participation qui, même s’il se relève quelque peu par rapport à 2006, plafonne à 28,33%...

Mais le renforcement de position de leader du Snesup-FSU peut se lire comme une satisfaction de l’électorat par rapport à l’opposition ferme que ce syndicat a toujours revendiqué face à la réforme du statut des enseignants chercheurs ou encore pour ce qui est de l’évolution vers la masterisation des concours de recrutement des enseignants.

Dans un communiqué, le Snesup-FSU fait savoir qu'à ses yeux : "Ce résultat illustre la prise de conscience des collègues des enjeux pour le service public d'enseignement supérieur et de recherche et l'importance du CTPU dans la lutte contre les politiques gouvernementales en matière de statuts."

Bien loin derrière, on retrouve le Sgen-CFDT, avec 17,6% des voix et trois sièges. Puis vient Sup'Recherche Unsa, avec 14,4% et deux sièges, qui prend ainsi la dernière place du podium précédemment occupée par Autonome Sup relégué, lui, en bon quatrième avec 12,7% des voix et deux sièges.

Figurent en queue de peloton, le Ferc-Sup-Cgt, avec 6,6% des voix (un siège), et le syndicat FO des enseignants du supérieur, avec 5,1%, ce qui ne lui donne droit à aucun siège.