Les emails de Clinton ? Salman Rushdie : “Allez, l'Amérique. Focus”

Nicolas Gary - 01.11.2016

Edition - International - Salman Rushdie - Hilary Clinton - Donald Trump


Il est vrai que l’Amérique n’est pas spécifiquement mieux lotie que la France, quand on observe les candidats qui aspirent aux charges présidentielles. Récemment, Salman Rushdie s’est essayé à une tentative d’analyse politico-pragmatique, qui ne cesse de faire le tour du net depuis.

 

 

 

Il fallait bien un écrivain pour recadrer les choses : c’est qu’au cours des derniers mois, Donald J. Trump a été accusé de tant de méfaits que revenir sur l’histoire des emails d’Hilary Clinton n’était pas vraiment la priorité. C’est ainsi qu’un Rushdie passablement agacé s’est lancé : 

 

Alors pour résumer. Trump sera en procès en novembre, accusé de racket et de nouveau en décembre, accusé de viol d’enfant. C’est un prédateur sexuel, il n’a pas publié sa dernière déclaration d’impôts et se sert de sa fondation pour ne pas s’acquitter de frais juridiques. Il a humilié la famille d’un héros de guerre et... oh, mais oui, parlons des quelques emails qu’Hilary n’a pas envoyés depuis l’ordinateur de quelqu’un d’autre, ce n’était pas un crime de toute manière, parce comme ça qu’on choisit un président. Allez, l’Amérique, concentre-toi.

 

Cette affaire d’emails relancée par le FBI en début de semaine n’a pas manqué de coller des sueurs froides à la candidate. L’enquête est en effet repartie, après que le bureau a dévoilé de nouveaux courriels, dont l’importance reste encore à définir...

 

Toujours dans le cadre de ses fonctions, en janvier 2009, Hilary avait utilisé une adresse personnelle et non sa messagerie officielle, quand elle était secrétaire d’État. Une utilisation frauduleuse, interdite, et qui s’est prolongée jusqu’en février 2013. James Comey, à la tête du FBI, ne pouvait manifestement pas taire l’information, sous peine de se retrouver accusé dans quelque temps, après l’élection, d’avoir menti aux citoyens américains... (voir l’histoire sur France info)

 

Les infractions de Trump sont-elles si minimes qu’une affaire de mails puisse les faire oublier ?

 

Stephen King et 600 autres auteurs lancent une pétition contre Donald Trump

 

 

Il est vrai que le candidat Trump semble de loin un boulet de top niveau, et l’on peut comprendre que l’Amérique n’ait pas vraiment envie de lui. Mais est-on assuré qu’Hilary Clinton ne deviendra pas le boulet du monde entier ? Il est vrai qu'à quelques jours des élections, la chose est embarrassante...