Les émeutes en Angleterre « couvaient depuis très longtemps » pour le poète Benjamin Zphaniah

Clément Solym - 11.08.2011

Edition - Société - émeutes - angleterre - benjamin


L’agitation qui ébranle actuellement toute l’Angleterre trouve ses racines dans un mal qui « couvaient depuis très longtemps », confiait le poète Benjamin Zphaniah au micro de nos confrères de TV5. Membre reconnu de la communauté afro-caribéenne installée en Angleterre, le poète dub a déjà souvent fait part de son indignation face à la misère dans laquelle se retrouvent des dizaines de quartiers défavorisés autour des grandes villes britanniques.

Pour le poète, il ne faut pas croire que l’on est en face de bandes organisées : c’est surtout un cri poussé par le peuple qui n’en peut plus. Après avoir vécu longtemps à deux pas d’une société aisée qui ignore cette frange de la population, la capsule a sauté. Et, pour Benjamin Zphaniah, « On n'a pas à être d'accord avec eux pour les comprendre. En fait, si vous ne les comprenez pas, vous ne comprenez pas ce qui ne va pas dans notre pays. »


Relevant que depuis 1998, la police a été liée à la mort de 333 morts, le poète pose la question de cette violence qu’on a laissé envahir progressivement l’Angleterre, une violence d’Etat finalement. Les forces britanniques engagées un peu partout à travers le monde ne font que répondre à une société violente dans sa constitution même.

Pour le poète, si l’Etat arrive à restaurer l’ordre, par la suite, « il se contentera surtout de fermer les yeux sur les événements en attendant que ça explose à nouveau. » Et, alors que ces événements ne sont même pas encore terminés, Benjamin Zphaniah prévoit déjà la multiplication de ces troubles dans les années à venir. Le problème initial n’est pas réglé. Les jeunes qui se déchaînent dans les rues, sans travail, ont perdu tout espoir en l’avenir. Et le poète de souhaiter une révolution pour renverser le pouvoir en place…

(Via TV5)