medias

Les Émirats arabes unis invités à soutenir la liberté d'expression

Antoine Oury - 25.02.2020

Edition - Société - Émirats arabes unis liberte expression - Émirats arabes unis Charjah - Charjah foire livre


L'Union internationale des éditeurs (UIE, ou International Publishers Association) cosigne un appel adressé aux autorités des Émirats arabes unis, alors que le festival Hay d'Abou Dabi approche à grands pas. Plusieurs organisations internationales incitent les émirats à soutenir plus ouvertement et concrètement la liberté d'expression, y compris en dehors des événements culturels.

La Foire du livre de Charjah, dans les Émirats arabes unis, en 2017
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


« Nous, signataires de l'appel, appelons les Émirats arabes unis à démontrer leur respect pour la liberté d'expression en libérant tous les défenseurs des droits humains emprisonnés pour s'être exprimé de manière pacifique en ligne, et parmi lesquels des auteurs, des universitaires, un poète et des avocats. » Plusieurs organisations, dont Amnesty International, PEN International et l'Union internationale des éditeurs, somment les Émirats arabes unis d'agir.

Ahmed Mansoor, Dr Mohammed Al-Roken, Dr Mohammed Al-Mansoori, Nasser Bin Ghaith... Voici quelques-uns des nombreux individus emprisonnés aux Émirats arabes unis pour avoir exprimé des opinions critiques vis-à-vis des Émirats arabes unis, ou encore pour avoir dénoncé des violations des droits de l'homme dont étaient coupables les autorités.

Alors que le festival littéraire Hay, institution britannique, s'invite à Abou Dabi du 24 au 27 février 2020, les cosignataires de l'appel demandent aux Émirats arabes unis de mettre autant d'énergie dans la défense concrète de la liberté d'expression que dans l'organisation d'événements culturels prestigieux.

Outre le festival littéraire Hay, un des émirats, Charjah, s'invite constamment dans les foires du livre, ces dernières années, avec de solides investissements financiers pour le précéder. Francfort, Londres, et même la Foire de Bologne ont mis à l'honneur l'émirat de Charjah, alors que celui-ci, pourtant réputé comme étant l'un des plus favorables aux arts, pratique encore la censure.

L'appel des différentes organisations souligne ce paradoxe douloureux, qui se retrouve à l'occasion du festival Hay : ce dernier est organisé par le ministère de la Tolérance des Émirats arabes unis, « dans un pays qui ne tolère pas les voix dissidentes ».
 
Preuve de l'influence de Charjah dans le monde international du livre, et sans doute de la nécessité d'une libéralisation de l'expression et de l'opinion aux Émirats arabes unis, la vice-présidence de l'Union internationale des éditeurs est assurée par Bodour al-Qasimi, à la tête de la maison d’édition Kalimat, l'une des plus importantes de Charjah... Elle est aussi la fille de l'émir de Charjah, le Sultan bin Mohammed al-Qasimi.

L'appel complet est accessible à cette adresse.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.