Les enfants américains lisent trop peu de livres de non-fiction

Julien Helmlinger - 02.01.2015

Edition - International - Statistiques - Consommation - Lecture


Selon une récente étude menée par Renaissance Learning, à propos des habitudes de lecture de la jeunesse, les enfants ne liraient globalement que peu de livres de non-fiction. Encore moins chez les filles que chez les garçons, peu importe le niveau scolaire observé. L'étude ne se focalisait que sur la consommation de bouquins, faisant l'impasse sur les contenus du web, de la presse et autres textes qui sont proposés en salles de classe aux élèves.

 

 

Livres préférés des élèves scolarisés en CM2, au Texas

 

 

Ce bilan, faisant écho à d'autres enquêtes du même type, intervient alors que les Common Core State Standards, les normes de lecture du tronc commun aux États-Unis, recommandent, depuis la maternelle et jusqu'au collège, un équilibre 50/50 entre les types de contenus informationnels et fictionnels. Au lycée, cette prescription de non-fiction est portée à 70 % des lectures.

 

Ainsi, selon les constats de Renaissance Learning : « Pour réussir en leur vie, dans comme en dehors de l'école, il est impératif que les élèves lisent un large éventail de littérature, en particulier de non-fiction, registre où les données indiquent que les étudiants ont actuellement des lacunes. »

 

D'après les chiffres relevés, le pique d'intérêt des jeunes Américains en faveur des lectures de non-fiction n'interviendrait qu'à l'âge de 10/11 ans. Une période au cours de laquelle 31 % des livres consommés par des garçons seraient de la non-fiction, contre 21 % des titres lus par les filles.

 

À noter, toutefois, les filles lisent en moyenne davantage de livres que les garçons, 761.000 mots de plus une fois arrivées à la fin des études secondaires. Ce qui ne serait pas sans effet sur l'étendue de leur vocabulaire. Les jeunes lectrices parcourraient 25 % de mots de plus que leurs camarades masculins.

 

Les données comptabilisées par Renaissance Learning proviennent de son programme Accelerated Reader. Les élèves sont invités à l'utiliser pour documenter les livres qu'ils ont lus, et évaluer leurs progrès de lecture avec toutes sortes de tests, notamment des questionnaires. Le bilan concerne 9.8 millions de jeunes lecteurs, et 330 millions de bouquins lus au cours de l'année scolaire 2013/2014.

 

Pour en apprendre davantage sur les lectures préférées des jeunes Américains, celles-ci sont répertoriées, par niveau scolaire et par État, sur la plateforme Learnalytics.

 

(via The Courier-Journal)