Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

“Les enfants méritent le meilleur de nous", Claude Ponti

La rédaction - 12.02.2014

Edition - Société - Jean-François Copé - Claude Ponti - Tous à poil!


On ne présente plus Claude Ponti, l'auteur de littérature jeunesse. Ou alors simplement pour rappeler qu'il avait déjà pris à parti la BnF, pour dénoncer le rapt des livres de ReLIRE. Aujourd'hui, c'est un autre combat que l'auteur s'attaque, suite aux déclarations pour le moins douteuses de Jean-François Copé. Le président de l'UMP n'en finit plus de s'attirer les foudres... et notre petit doigt nous dit que ce n'est pas fini.

 

 

Illustration Claude Ponti

 

 

Il y aura eu les réactions des auteurs, de l'éditrice, celles des ministres Aurélie Filippeti et Najat Vallaud-Belkacem, mais également celle de la directrice du Salon du livre de Montreuil, Sylvie Vassallo. Chacun et chacune de ces intervenants ont condamné sans appel les propos de Jean-François Copé, que l'on peut rappeler, en les citant, avec des gants : 

 

« Quand j'ai vu ça, mon sang n'a fait qu'un tour. Ça vient du centre de documentation pédagogique, ça fait partie de la liste des livres recommandés aux enseignants pour faire la classe aux enfants de primaire. »

 

Et d'ajouter : « On ne sait pas s'il faut sourire, mais comme c'est nos enfants, on n'a pas envie de sourire. A poil le bébé, à poil la baby-sitter, à poil la mamie, à poil le chien, à poil la maîtresse, vous voyez, c'est bien pour l'autorité des professeurs. »

 

Avec son aimable autorisation, nous reproduisons ici les propos de Claude Ponti, publiés originellement dans Libération. 

 

Tous à poil !

 

Chaque fois qu'une personne parle de ce qu'elle ne connaît pas, elle se ridiculise. Chaque fois qu'une personne politique parle de ce qu'elle ne connaît pas, elle se ridiculise et elle fait du mal, bêtement, à la politique, et sciemment à ce qu'elle vise.

 

Dire qu'un livre pour enfant est nul parce qu'il n'y a pas beaucoup de texte, c'est dire que la Joconde est sans intérêt puisqu'elle est sans texte, et que Mein Kampf («mon combat»), le livre de Hitler, est génial, puisqu'il est plein de mots et sans dessin.

 

C'est être bête et se ridiculiser.

 

Critiquer un livre pour enfant sans le comprendre est bête. Oublier qu'un livre pour enfant est toujours acheté par un(e) adulte, en général de la famille directe de l'enfant, ou présenté par une personne libraire, enseignante ou bibliothécaire est bête, ces personnes adultes savent lire et comprendre.

 

C'est donc insultant et méprisant de la part d'une personne politique qui pense parler à «ses» électrices et électeurs qu'il juge incapables.

 

Est-ce utile de parler de la qualité intellectuelle de la personne politique qui tiendrait de tels propos, de son intégrité morale, de sa loyauté, de son honnêteté ? Non. De parler de la franchise, de la loyauté, de l'honnêteté envers les enfants dans la littérature qu'on leur propose ? Oui. Ils y ont droit. Comme vous et moi, quel que soit leur âge.

 

Les enfants méritent le meilleur de nous. Pas l'à-peu-près, pas la manipulation ou l'utilisation, jamais l'ignorance, l'hypocrisie ou l'incompétence.

 

 

Claude Ponti, 

auteur de littérature jeunesse