Le livre fait l’objet d’une production de masse dans les usines spécialisées, comme celles du groupe CPI. De l’offset au numérique, de nombreuses technologies d’impression y sont réunies pour couvrir tous les besoins du marché. À l’opposé, les imprimeries d’art, et notamment l’Imprimerie du Marais, confectionnent le livre en atelier en y perpétuant un savoir-faire artisanal de prestige. Voici, en usine et en atelier, les différentes techniques d’impression et les étapes de la fabrication du livre, de l’impression aux finitions manuelles.

 

Les technologies d’impression

 

L'impression offset

 

L’impression offset nécessite la fabrication de plaques en métal sur lesquelles sont gravés les textes et les images à imprimer, et qui sont ensuite encrées. Le papier passe dans des gros rouleaux qui transfèrent l’encre en y appliquant successivement les trois couleurs primaires (cyan, magenta, jaune) et le noir (CMJN), ou juste le noir pour du texte seul. La presse offset rotative est alimentée par un grand rouleau de papier appelé bobine. Ce procédé est adapté pour l’impression de masse, et permet une vitesse de production très élevée.

 

Impression rotative offset (crédits CPI)

 

En atelier, l’impression offset nécessite un véritable savoir-faire de coloriste : le conducteur doit être capable de transposer une couleur sur un autre papier, qui réagit différemment à l’encre. Dans le domaine du livre, c'est par ailleurs, du fait de sa grande qualité et de sa précision, le mode d'impression privilégié de l'Imprimerie du Marais. La technique de l'offset a été inventée par Ira Rubel en 1905.

 

Impression offset

Impression offset à l'Imprimerie du Marais (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

L'impression numérique 

 

L’impression numérique consiste à mettre en forme les textes par traitement informatique et à les reproduire directement sur une imprimante laser ou jet d’encre. Dans le premier cas, l’image est produite par le balayage d’un faisceau laser, qui charge le tambour positivement à certains endroits : l’encre en poudre, chargée négativement, viendra se déposer sur ces parties chargées. Dans le second, l’image est produite par projection de gouttelettes d’encre.

 

Impression rotative jet d’encre (crédits CPI)

 

La presse typographique

 

La presse typographique (ou letterpress) consiste à imprimer des textes ou illustrations sur du papier en exerçant des pressions sur la feuille de papier, placée sur un ensemble de caractères en relief préalablement encrés. Ce procédé d’impression en relief ne requiert pas la fabrication de plaques en métal mais de bandes polymères. Il relève de la flexographie, un type de presse typographique. L'impression Cameron est un type de presse typographique.

 

Impression Cameron (crédits CPI)

 

Si l'Imprimerie du Marais était originellement spécialisée dans la presse typographique, elle a progressivement diversifié son activité. Ces machines étant multifonctions, elle se sert aujourd'hui de ses anciennes presses typographiques pour les découpes, les gaufrages et les dorures.

 

Presse typographique

Presse typographique des années 50 à l'Imprimerie du Marais 
(ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

Le choix de la technologie d’impression dépend tout d’abord du tirage. L’offset est très performant sur des quantités importantes, contrairement à l’impression numérique, qui se prête mieux aux petits tirages ou à l’impression à la demande. En effet, la pose des plaques nécessite beaucoup d’opérations. L’offset a également l’avantage de la qualité : concernant la couleur sur les images, il y a encore des choses que le numérique ne peut pas (encore) faire.

 

Face à la presse typographique, l'offset a l'avantage de pouvoir imprimer en quatre couleurs et d'être beaucoup plus rapide.

 

La lithographie

 

 

La lithographie a été créée par Aloys Senefelder en 1796 : cette technique d'impression permet de reproduire en grande quantité des dessins et illustrations exécuté à l'encre ou au crayon sur une pierre calcaire.

 

La zincographie

 

La zincographie a été développée dans les années 1813-1818 par Aloys Senefelder : il a remplacé la pierre calcaire de la lithographie par une plaque de zinc, matériau moins coûteux et plus pratique pour de larges impressions.

 

L'algraphie (ou métallographie)

 

L'algraphie est un procédé d'impression à plat utilisé pour les illustrations. Contrairement à la lithographie, l'algraphie n'utilise pas de pierre, mais une plaque d'aluminium, avec un procédé assez proche de celui utilisé avec une plaque de cuivre. L'algraphie a été développée dans les années 1890 par Karl Scholz.

 

Les étapes de la fabrication du livre

 

La phase de pré-presse consiste à travailler les fichiers qu’envoient les éditeurs à l’imprimerie. Cela concerne aussi bien le PDF de couverture que le PDF d’intérieur. L’imprimeur doit manipuler les fichiers de manière à les rendre imprimables. Ce travail de mise en page et de réglage des couleurs nécessite un regard et un savoir-faire humains. Dans le cadre de l’impression numérique, on envoie le fichier sur la machine.

 

S'il s'agit d'une impression offset, l’imprimeur est ensuite chargé de fabriquer des plaques en métal à partir des fichiers qui ont été manipulés, puis de les placer sur les rotatives. Il met la machine en route et réalise le calage. Il doit faire coïncider le recto et le verso (pour éviter la transparence), et régler l’encrage (la répartition de l’encre). 

 

(Crédits CPI)

 

Enfin, l’imprimeur assemble le bloc intérieur (les pages), fait de différents cahiers (feuilles pliées) qui ont été imprimés séparément. L’ensemble des pages est massicoté puis collé à la couverture. Il peut s’agir d’un brochage, c’est-à-dire d’une couverture souple avec un dos carré collé, ou d’une reliure, avec une couverture rigide.

 

Chaîne de brochage (crédits CPI)

 

 

Les ateliers de l'Imprimerie du Marais

 

La finesse et la précision des techniques d'impression mises en oeuvre par l'Imprimerie du Marais ont façonné sa réputation de prestige. Les imprimeurs combinent souvent plusieurs techniques : sérigraphie, dorure, gaufrage, estampage, rainure...

 

Sérigraphie

 

La sérigraphie utilise des pochoirs interposés entre le support et l’encre. Dans l’atelier, les artisans fabriquent eux-mêmes les cadres. Un produit réfractaire à la lumière est étalé sur l’écran, sauf sur une seule partie, que l’on désire mettre en valeur. Une image est ensuite projetée sur cet écran, et cette partie reste vierge. L’encre passe dans ses fibres qui sont restées ouvertes, et se dépose sur le papier. Grâce à cette technologie UV, l’encre sèche immédiatement.

 

Sérigraphie

Sérigraphie à l'Imprimerie du Marais (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

Gaufrage 

 

Le gaufrage est une technique d’impression permettant de créer un effet de relief sur du papier épais ou cartonné. Le papier est pris entre deux plaques (l’une en fer et l’une en plastique), et il est ainsi sculpté. 

 

Gaufrage

Gaufrage à l'Imprimerie du Marais (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

Dorure

 

La dorure consiste à déposer de l’or sur certaines parties de la couverture d’un livre, d’un menu, d’une enveloppe... Il s’agit d’une technique de transfert : par la pression et la chauffe, le pigment présent sur la feuille de dorure se dépose sur le papier, y laissant un léger creux. 

 

Dorure

Dorure à l'Imprimerie du Marais (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

Contrecollage et rembordage

 

Le contrecollage consiste à coller sur toute leur surface des feuilles de papier ou de carton à une autre feuille. Ensuite, le papier est replié sur les bords de la couverture et du dos : il s’agit du rembordage. À l’Imprimerie du Marais, ces deux techniques sont en grande partie réalisées à la main, pour les menus de restaurant entre autres.